Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 07:00

EAU DE POISSY,

UN GRAND CRU ?

 

Le 20 septembre dernier, la Commission Consultative des services publics locaux (CCSPLl) s'est réunie à Poissy. Militant pour le retour en régie publique en 2015, l’association Eau Val-de-Seine (EVDS) a participé aux travaux de cette commission à Poissy et nous en donne le compte-rendu.

 

Il a été constaté le manque de rigueur et de sérieux du rapport du délégataire et les difficultés pour obtenir des informations claires et sûres sur l’état du réseau et des investissements. En effet au cours de cette réunion la Commission a relevé de nombreuses erreurs dans le rapport annuel de la délégation de l’eau potable. 

 

La Lyonnaise des Eaux s’est vue obligée d’apporter des corrections et de ressortir son rapport dans l’urgence. La seconde version modifiée de ce rapport comporte encore  erreurs, omissions et approximations. 

 

Le plus inquiétant est le faible taux de renouvellement du réseau, renouvellement généralement mis en avant pour justifier le maintien voire l'évolution du taux de cotisation. Pour ne prendre que celui du renouvellement en 2011, il est de ...0,43% ! Outre qu'il diminue d’année en année, il faudrait à ce rythme-là, pas moins de... 230 ans pour renouveler entièrement les canalisations d’eau potable de la ville.

 

Pourtant des sommes considérables sont provisionnées pour le renouvellement du réseau. Mais face au faible niveau de travaux d’entretien réalisés, les représentants présents de la Lyonnaise des eaux ont été dans l’incapacité d’apporter des réponses. Ils se seraient engagés à fournir rapidement des explications et à remettre à la ville le plan du réseau avec le type et l’âge des canalisations. Rien que de plus normal puisqu'il s'agit du patrimoine de la ville pour lequel la Lyonnaise n'est que délégataire de gestion et est censée connaître et entretenir.

 

Il faut relever que la part du délégataire dans le prix de l’eau potable a progressé de plus de 5% entre le 1er janvier 2011 et le 1er janvier 2012.  Cette augmentation bien supérieure à celle de l’inflation résulte du calcul d’une formule de révision contractuelle. Pourtant la Lyonnaise ne peut justifier cette hausse par une élévation du coût de gestion du service de l’eau. La situation mérite que la ville fasse réaliser rapidement un audit de la gestion du délégataire pour faire la lumière sur le prix de l’eau potable et l’état réel du réseau, ce qui a été demandé par EVDS au maire de Poissy.

 

Objectif : faire diminuer le prix de l'eau dans notre ville afin de ne pas en faire "un grand cru", financièrement parlant. 

 

Pour rappel, l’eau est un bien commun universel et indispensable auquel tous les habitants de la planète et de Poissy en particulier doivent pouvoir accéder. Il ne saurait être tributaire d'une logique marchande. Ainsi la ressource comme les services de production, de distribution et de traitement doivent relever d'un service public.

 

Comme nous le voyons dans notre ville, sa délégation alimente suspicion et sentiment que l'essentiel n'est pas effectué comme il le devrait. Des citoyens de plus en plus nombreux militent pour une gestion de l’eau par un service public non délégué, à Poissy comme ailleurs.

 

La régie publique du service de l’eau est une hypothèse à étudier sérieusement et rapidement car nous sommes à deux ans et demi de l’échéance du contrat de concession qui lie notre ville de poissy à la Lyonnaise des eaux. C'est long mais très court à la fois pour trouver une solution de rechange publique qui soit à même d'être opérationnelle.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 21:00

UN PEU DE SUIVI NE NUIRAIT PAS

 

En reprenant les anciens PV de réunion de conseil, on retrouve des choses...

 

Le 29 septembre 2011, soit à peine plus de deux ans après avoir claqué la porte du groupe majoritaire, Monsieur le Maire me démettait de la représentation de la municipalité à plusieurs écoles : Maternelle et Elémentaire de l'Abbaye, Lycée Charles De Gaulle. C'était son droit puisque cette désignation .

 

Un an plus tard, en recevant ce jour toujours et encore la convocation à la réunion du Conseil d'Administration, je me dis qu'il y a toujours la décision d'une part et la réalisation sur le terrain d'autre part...

 

et que Mme DRACOULI recoive bien sa convocation par ailleurs...

 

Un peu de suivi de la part du cabinet du maire ne ferait pas de mal et ne nuirait pas.

 

Extrait : CM du 29 septembre 2011

4°BIS / DESIGNATION D'UN NOUVEAU REPRESENTANT DU CONSEIL MUNICIPAL AU SEIN DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU LYCEE CHARLES DE GAULLE

1 représentant est à désigner.

Est proposée : Mme DRACOULI.

Monsieur le Maire demande s’il y a d’autres candidatures.7

Aucune autre candidature n’est proposée.

Cette délibération est approuvée à la majorité des votants, moins 9 abstentions : 

Melle DOMONT   M. RAYNAL   Mme DOMERGUE   M. BLOCH   Mme XOLIN  M. BIHANNIC   Mme DELAROUZÉE   M. MONNIER   Melle EL MASAOUDI, 

et 1 non participation au vote : M. DEBUS.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 07:00

Baguette-magique

 

 

CFE,

CFOU !

 

 

 

 

 

 

Gros émoi après réception de la mise en paiement de la CFE, Contribution Foncière des Entreprises, qui se substitue à la Taxe Professionnelle, démantelée par Nicolas SARKOZY et son gouvernement d'alors.

 

En effet, l'effort se reporte sur les plus petites entreprises, commerçants pisciacais en particulier.

 

Mais pourquoi tant de vagues et de trémolos, y compris dans la majorité municipale...?


Lors du conseil municipal du 29 septembre 2011, les choses avaient été pourtant claires puisque :

 

- Pour un chiffre d'affaire supérieur à 100 KE, "deux solutions étaient envisageables : soit rester au seuil antérieur de 2.746 euros (ce qui n’était peut-être pas tout à fait normal), soit augmenter le montant de la base minimum, la valeur maximale autorisée étant de 6.000 euros." C'est finalement cette dernière solution qui était proposée au vote.

 

- même si "Cela se traduira en 2012 par une cotisation foncière minimum pour les entreprises concernées de 509 euros, soit le même montant qu’en 2010 et en 2011. Conformément au Code général des impôts, ce choix ne nécessite pas d’être confirmé par une délibération du Conseil municipal.", mon propos était que "Le montant de la CFE est relativement élevé, à 509 euros exactement. Je pense aux petites entreprises, aux microentreprises et aux autoentrepreneurs qui essayent effectivement de se développer. Il est vrai qu’ils ne sont pas concernés par cette taxe les deux ou trois premières années. Par contre, ensuite, c’est bien différent. Au lieu de 509 euros, j’aurais souhaité arriver à une base plutôt proche des 200 euros. D’ailleurs,  je crois que la base mini est à 203 euros. J’aurais plutôt proposé 250 euros. Je sais que, la Ville étant fortement dépensière, elle a besoin d’argent. Maintenant, il faut aussi penser au développement des entreprises qui commencent généralement petites pour ensuite essayer de devenir effectivement plus grandes."

 

J'avais donc - logiquement - voté contre cette délibération, le seul par ailleurs, sans vouloir en tirer de gloire particulière.

 

Le plus étonnant a été la réponse du maire de Poissy : "Vous dites que la Ville est dépensière. Je ne répondrai pas car on rentrerait dans une polémique qui n’a pas forcément lieu d’être en ce moment. Je vous conseille quand même de préparer le Conseil municipal et d’aller voir au Secrétariat Général. On a fait une étude, justement pour voir si on n’allait pas pénaliser les P.M.E. Il s’avère qu’on ne les pénalise pas du tout. Elles ne paieront pas plus cher. Allez le voir. Je suis prêt à en reparler avec vous quand vous voulez. Vous verrez dans cette étude que la remarque que vous faites est pertinente. Vous verrez qu’il n’y a pas de risque."

 

A l'appui de ses dires, lors de ce même conseil, Mr DUQUESNE, adjoint en charge des finances indiquait que "Une étude a été engagée pour situer l’impact de cette décision sur les entreprises de la Ville. Je vous en donne rapidement les conclusions. Sur les 1.668 entreprises de toute taille recensées sur Poissy,  663  seront  soumises  à  la  base  minimum  de  2.746  euros,  soit  près  de  40  %. 554 entreprises (un tiers environ) se verront appliquer le dispositif de la base majorée à 6.000 euros. Les 451 entreprises de Poissy non concernées par le dispositif de la base minimum acquitteront en 2012 un montant global de cotisation foncière d’environ 7,8 millions d’euros, soit près de 90 % du produit attendu par la Ville."

 

On en voit désormais le résultat... Monsieur le maire est-il prêt à en reparler désormais...?

 

Pourtant là aussi, lors du conseil municipal du 8 février 2012, quelques éléments financiers auraient pu mettre la puce à l'oreille de nos "grands étonnés" car, je (me) cite :

- "+ 1,636 millions d’euros en taxe foncière. Pourcentage d’augmentation : + 17,62. Soit un total de 3,626 millions d’euros,

- sans compter la taxe locale des entreprises (le CFE) qui augmente de + 1,27 million d’euros avec un pourcentage de + 18,8.

Cela nous fait un total de près de 4,9 millions d’euros (à 4.000 euros près). Les autres produits s’équilibrant, c’est donc sur la surtaxation des Pisciacais et des entreprises que vous avez basé votre politique fiscale et la constitution de votre budget de recettes." Fin de citation...


Aujourd'hui, c'est à croire que la mémoire de notre majorité municipale soit défaillante. Notre adjoint au commerce et au développement économique, Abdelkrim dit Krémo ALLAOUCHICHE, mériterait de nous donner quelques explications.

 

L'impression générale qui resort est que la constitution budgétaire de la ville reste un exercice de style aux mains d'apprentis sorciers se permettant, qui plus est, de vouloir faire la leçon, voire la morale, à celui qui "ose" mettre le sujet en lumière, premier édile en tête qui se permet à plusieurs reprises dans les différentes réunions de sortir des "on vous expliquera" la comptabilité M14 (c'est à dire publique). 

 

Mais privée ou publique, la comptabilité comporte des chiffres qui restent des chiffres et qui montrent aussi bien la perspective quand il s'agit de budget et de vote de taxes que la réalité quand les dépenses sont effectuées et les taxes encaissées. La leçon est donc à revoir, mais pas par celui qui alertait.  

 

Pour ma part, sans être un homme de chiffres, et au seul vu, par tout homme (ou femme) pourvu de bon sens, des éléments financiers pourtant assez spartiates donnés par la municipalité, il ne pouvait être autrement que de constater une évolution de la CFE, évolution qui serait tout sauf folle. Seul l'aveuglement persistant de nos élus majoritaires, pour ne pas dire plus, pouvait faire croire au contraire. Mais il se confronte toujours au final au principe de réalité. 

 

Désormais reste le fol espoir de voir baisser le montant en 2013 puisque le nouveau gouvernement a déclaré qu'il (f)allait revoir le sujet.

 

Qui vivra verra, à Poissy comme ailleurs...! 

 

Daniel Debus

Conseiller municipal de Poissy

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 08:00

les restos du coeurLES RESTOS DU CŒUR ONT OUVERT LEURS PORTES

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle saison, nouvel espoir, déçu, de la baisse de fréquentation. Bien au contraire, les responsables et bénévoles des Restos vont devoir faire face à un surplus d'affluence ! Crise oblige, mais pas seulement : malgré les belles publicités en ce temps de pré-fêtes de fin d'année, tout augmente, trop et trop vite par rapport à l'inflation annoncée. Pourtant l'approvisionnement hors de nos frontières fussent-elles européennes, s'est amplifié.

 

Prenez le temps de regarder les étiquettes - quand il y en a - et le pays d'origine de fabrication. Faites le test dans un rayon complet si vous êtes curieux et si vous avez un peu de temps. Vous serez surpris de ne pas être surpris des derniers chiffres du chômage en France.

 

Retour à la case "Restos", et sa file qui s'allonge comme devant celle de pôle emploi. Pour ceux qui le peuvent encore et toujours, pensez à prendre un "plus" lors de vos achats pour le donner ensuite. Les centaines de bénévoles et d'anonymes bénéficiaires vous en seront reconnaissants.

Adresse des restos du cœur à Poissy : 34 Boulevard Pasteur

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:00

PSG à Poissy

Grosse colère de la Chambre Interdépartementale d’Agriculture d’Ile-de-France.

 

Celle-ci l’a fait savoir par un communiqué de presse, le voici :

« PSG : Les politiques manipulent les documents d’urbanisme pour implanter le site d’entraînement


Le projet de site d’entraînement du PSG continue de faire parler de lui : en effet, dernière nouveauté en date, une modification du projet de SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile-de-France) pour pouvoir construire le centre d’entraînement sur des terres agricoles de la commune de Poissy.


C’est avec stupéfaction et colère que la profession agricole a appris que le projet de SDRIF a été amendé in extremis par la majorité et l’opposition lors de sa discussion en séance plénière du Conseil Régional et ceci afin de permettre au centre d’entraînement du PSG de s’implanter sur le plateau des Alluets.


Cet espace ouvert et productif, ceint d’une couronne boisée où l’agriculture bénéficie d’un environnement relativement épargné par les nuisances urbaines, a une vocation agricole que les documents d’urbanisme lui ont jusqu’à présent toujours reconnue. Il est donc fort regrettable que la ville de Poissy, qui n’y dispose que d’une partie réduite de son territoire communal, n’y accorde, elle, aucune importance et sacrifie sans vergogne 80 hectares de terres fertiles.


L’appui apporté par certains élus à ce projet montre à nouveau que les promesses de préservation des espaces agricoles n’engagent que ceux qui les écoutent. Ce soutien empressé à une opération de spéculation foncière est d’autant plus choquant que la ville de Saint-Germain-en-Laye, berceau historique du club, dispose elle d’un espace désaffecté apte à accueillir un tel équipement sportif.


Où sont passés les engagements du Grenelle de l’environnement et que fait-on des belles paroles sur l’économie de l’espace prononcées par le Premier Ministre lors de la clôture de la Conférence environnementale ?


 

 

La profession agricole d’Ile-de-France appelle les politiques à tenir leurs engagements ! Elle appelle également les élus des communes voisines attachés à la ruralité à réagir face à ce projet d’urbanisation à l’emporte-pièce. »

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche