Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 19:00

FIN DU FOYER GALLIENI ?

 

L'information va peut-être voir le jour prochainement : la fin du projet du "foyer de jeunes" à la place de l'ancienne poste de la rue Gallieni.

 

Sujet de vive polémique il y a quelques mois à peine, ce projet était un peu tombé comme un cheveu sur la soupe dans le quartier.

 

L'inquiétude de nombreux habitants n'avait pas été apaisée lors de la réunion publique de mai 2010, puisque :


- la définition de la cible des personnes n'était pas vraiment établie : le type de population évoqué est assez large et flou, car tantôt on parlait de jeunes travailleurs, tantôt de mères de famille, tantôt d'étudiants, tantôt de jeunes "en situation de précarité".


- la mèche avait été "vendue" par l'intervenant extérieur puisqu'en évoquant la possibilité de financement de 4 animateurs pour 100 logements (en y associant l'autre projet de de résidence 50 logements sociaux prévu boulevard Devaux), l'orientation retenue implicitement serait le logement social de jeunes en difficulté, seul à même de pouvoir obtenir le financement des postes créés.

 

Et c'est probablement ce dernier point qui va faire capoter l'affaire par la remise en cause du projet Boulevard Devaux. Pourquoi ? Laissons le soin au Maire de le dire.

 

Alors parions que le Père Noël aura un beau cadeau dans sa hotte pour les habitants de Noailles et des alentours.

 

Lequel ? Mais une magnifique crèche (sans l'enfant Jésus...) pardi !

Ou alors un joli centre médical.

 

Parions aussi sur le fait que notre Maire va probablement l'annoncer avec l'argument qu'il est "à l'écoute de ses concitoyens et de leurs besoins"...


C'est tout ce qu'on lui demande de faire d'ailleurs...


Repost 0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 22:30

RAS LE BOL-LAND !

 

Même si le jeu de mot(-laid) est facile, il exprime toute l'exaspération et l'inquiétude voire la colère des habitants du quartier de Noailles qui voient, pour la troisième fois en moins d'une semaine, les prémices d'une véritable guérilla urbaine à proximité du Lycée Adrienne Bolland.

 

C'est du jamais vu à Poissy !

 

Le maire de Poissy a qualifié l’incident "d’inadmissible et d’intolérable", et je suis bien d'accord avec lui. Au passage, je ferai remarquer qu'avec le CLSPD (Comité Local de Sécurité Publique), il a du pain sur la planche.

 

Les sollicitations irresponsables envers les lycéens n'auraient-elles que trop bien fonctionné ? Certains ont beau dire que cela n'a rien à voir avec la manifestation anti-réforme des retraites, elle n'en est que malheureusement la suite logique.

 

Car quelle représentation de la retraite un lycéen peut-il avoir ? S'il en a une, elle ne peut être que très limitée pour quelqu'un qui n'a même pas encore démarré dans la vie active et qui - le plus souvent - se demande comment il va pouvoir décrocher un stage et un job au terme de sa formation.

 

Force est de constater que la machine devient infernale. Il est temps de pouvoir retrouver de la sérénité dans ce quartier, en espérant qu'il n'y ait pas de propagation dans un autre quartier de Poissy.

 

En attendant, le Figaro relate que "Un lycéen de Poissy, âgé de 19 ans, poursuivi pour avoir poussé son proviseur, qui s'est ouvert l'arcade sourcillière en chutant, a vu son procès renvoyé au 10 novembre. Dans l'attente de cette prochaine audience, le jeune homme, qui a reconnu les faits, a été placé en détention provisoire."

 

L'idée est de calmer les esprits et peut-être d'aider à réfléchir, pour mieux s'affranchir du phénomène de groupe dans lequel les réactions sont généralement assez primaires.

 

La vision laissée après-passage des troupes en tous genres est plutôt évocatrice.

 

D'où le ras-le-bol.

 

 

PS : on pourrait aussi comprendre "ras-le-bol-land" pour "le pays du ras-le-bol"...on n'en est peut-être pas loin au regard des difficultés actuelles pour trouver du gas-oil, ou des queues aux stations-essence.

 


Repost 0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 23:00

gallieni.jpg

Un Gallieni averti

en vaut deux


Ce soir, jeudi 20 mai 2010 a eu lieu un grand exercice de style "participatif" de notre Maire lors de la réunion "Gallieni" à la salle Robespierre.


 

 

 

Enfin qui se voulait être comme tel car certaines affirmations de notre Maire n'y aident pas toujours.


Par exemple quand il affirme que l'assemblée présente n'est pas en majorité de son bord politique alors que les habitants du quartier étaient venus écouter leur Maire, tout simplement, comme mon voisin de devant qui a fait une intervention fort juste sur le principe de démocratie participative.


Ce ne doit pas être la présence de quelques opposants avérés qui permettaient de confirmer le point de vue du Maire.


Par exemple quand il dit à l'assemblée présente : "que vous le vouliez ou non, ce projet se fera", il est difficile à certains de garder leur calme, déjà qu'il y en avaient deux qui étaient venus semble-t-il assez énervés et sont repartis encore plus énervés après que le Maire ait affirmé que la décision était prise.


Après ce départ, le débat a gagné en sérénité et en écoute, en tout cas dans la salle.

gallieni1.jpg

 

 

Mais que dire de ce projet, si ce n'est qu'il ne correspond pas du tout aux attentes des habitants. D'ailleurs le présentateur bénévole n'a même pas eu l'occasion d'aller jusqu'au bout de sa présentation, qui n'était de toute façon que partielle puisqu'il le projet ne serait d'après lui qu'au niveau de l'étude.

 

Il est vrai que les échanges ayant été nombreux et riches, l'heure a tourné sans que l'on s'en rende compte.


L'inquiétude est grande et je dirais qu'elle a encore grandi, principalement pour deux raisons, selon moi :


- la définition de la cible des personnes n'est pas vraiment établie : le type de population évoqué est finalement assez large et flou, car tantôt on parlait de jeunes travailleurs, tantôt de mères de famille, tantôt d'étudiants, tantôt de jeunes "en situation de précarité".

Je n'ai pas manqué de demander quels étaient les critères de sélection pour l'attribution du "logement" (rappelons que je le demande pour l'attribution des logements appartenant à la ville lors de conseils municipaux, sans réponse claire et précise du Maire, si ce n'est que "c'est ma décision").


- la mèche semble avoir été vendue par l'intervenant puisqu'en évoquant la possibilité de financement de 4 animateurs pour 100 logements (en y associant l'autre projet de de résidence 50 logements sociaux prévu boulevard Devaux), l'orientation retenue implicitement serait le logement social de jeunes en difficulté, seul à même de pouvoir obtenir le financement des postes créés.

 

gallieni5Peut-être que notre Maire aurait dû mieux expliquer le concept de "parcours résidentiel" des jeunes, terme qui fait référence à un process peut-être connu, mais pas du grand public.


 

L'hermétisme des mots semble avoir rejoint celui de la pensée...

 

Sans oublier la problématique du coût aux pisciacais, pour laquelle la réponse n'était pas vraiment précise, si ce n'est qu'il y avait foultitude de subventions, à chercher à ce stade du projet, auprès de l'Etat, de Conseil Général, voire de la CAF etc.

 

Il y a cependant une incertitude de taille qui est la place laissée aux financeurs pour "contingenter" (=réserver) les places. Si cette hypothèse se confirmait, la gestion de l'association qui serait créée pour la circonstance serait quelque peu orientée, même si le financeur ne ferait que "proposer".

 

Reste la "turn-over" ou le taux de remplacement, dont le temps moyen d'occupation aurait tendance à augmenter, crise oblige.

 

Reste la question - toujours ouverte - des besoins réels des habitants.

 

Ainsi, la demande exprimée ce soir pour la création d'une crèche - même si elle est bien ciblé - n'a malheureusement que peu de chances d'aboutir, disons même aucune. Mieux vaut ne pas leur donner de faux espoirs, alors qu'il serait bienvenu et en plus facilement réalisable la transformation de cette Poste récemment désaffectée.


Un Gallieni averti en vaut deux.

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:30

Gallieni, appel à la mobilisation



Le projet de construction d'une résidence pour personnes en situation de précarité n'a pas l'air de plaire aux riverains du quartier environnant l'ancienne poste Gallieni.


Ainsi, un tract largement diffusé relève la page 11 du Pisciacais n°38 (22/04/2010) et le projet en question, projet qui vient en sus de celui du Boulevard Devaux, à l'emplacement de l'ancien magasin "Point P" (en face du Franprix).


Il appelle à la mobilisation des habitants pour notamment se rendre à la réunion du 20 mai (après-demain) qui se tiendra à la salle Robespierre (2 rue Robespierre), puis à celle prévue le 17 juin à l'école La Fontaine à 20h30.


Après celle du Club Péguy le 26 mars pour le projet de 200 logements de La Bruyère, la réunion du 20 mai sera probablement le théatre de nombreuses questions légitimes des pisciacais.


On peut imaginer que notre Maire va jouer sur la corde sensible de l'aide à son prochain et des besoins en logements sur la ville, y compris sociaux même si la ville en compte déjà 38%.


Probablement financé pour partie à grand renfort de subventions, la première question sera de savoir quel sera le coût supporté par les finances de la ville.


La seconde porte plutôt sur le type d'habitat et son adaptation à la population visée car, si j'ai bien compris,  il ne s'agirait pas d'appartements mais de simples chambres avec des communs (cuisine, douches).


Une cité universitaire en somme, sans l'université, mais avec l'universalité et son bagage de nuisances. 


Et c'est bien ce qui fait peur, à juste raison.


Donc rendez-vous le 20 à 20h00 pour en savoir plus.

Repost 0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche