Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 07:00

Un festival d'animations




Notre équipe municipale se démène pour animer notre bonne ville de Poissy qui semblait endormie avant, tant il y a foison depuis ces deux derniers mois.


Après les assises pour les jeunes, voilà que sont programmés sur quatre semaines les "QUARTIERS LIBRES", sur le thème des "RésistanceS" (le "S" est en majuscule).


C'est à grand renfort de "résistants modernes" qui ont été appelés pour désenclaver les quartiers, but officiel affiché.


Un festival de personnalités


Ainsi, nous avons :


- le 07 juin : Eric BIESSE, vidéaste et reporter d'images engagé (mouvement de la paix), 

- le 08 juin : Daniel MERMET, journaliste, écrivain et producteur de radio (là bas si j'y suis, sur France Inter)

- le 09 juin : Serge GROSSVAK, Conseiller Municipal de Groslay (PCF), membre de l'UJFP

- le 10 juin : Nelly DUCRAY, de l'association "survie", membre du comité de rédaction d'une publication du GRDR, basé à Montreuil


Ainsi, chacun peut qualifier les animations et débats à sa manière, selon sa perception et sa sensibilité. Celle des intervenants est clairement dite "de gauche", si je ne m'abuse.


Certains pisciacais, dont je fais partie, ne manqueront pas de relever ce déséquilibre. Je l'avais déjà fait remarquer à l'occasion du débat sur la "vidéo-surveillance" organisée par VivreSaVille, marqué par le manque de contradicteur parmi les invités.


Les messages semblent donc quelque peu orientés. C'est un choix pouvez-vous me répondre. Politique évidemment.  

 

Bref, des quartiers "libres" mais un peu "cloisonnés"...


C'est également le ressenti qui m'a été rapporté suite à la prestation des deux (pseudo-)clowns au spectacle du clos d’Arcy. Il semble qu'il ait été très discutable au regard d'un message orienté dont les enfants n'avaient pas forcément les clefs pour comprendre.

 

De l'art et de la culture qui se veulent certainement subversifs, ce qui est leur  nature même...


L'autre remarque que je formulerai concerne le budget de 150.000 euros pour toutes ces opérations, "Poissy en fête" compris. La question est de savoir si "le jeu en vaut la chandelle", à défaut d'en connaître le détail. Il est vrai que "tout coûte" et à ce moment-là, sans rien on ne ferait plus rien.

A noter que l'information préalable a - une nouvelle fois - fait défaut au sein du Conseil Municipal. Et je ne suis pas certain que l'ensemble des conseillers majoritaires aient eu le privilège d'avoir été mieux traités.


Je tiens toutefois à remercier Anne-Marie VINAY, 1ère adjointe déléguée à la Politique de la ville qui a fait parvenir par email (ce lundi 07 juin, mieux vaut tard que jamais) le programme de la première semaine de ces "quartiers libres".


Comme quoi la diffusion de l'information évolue...à force de résistance, puisque je faisais remarquer dans un courrier à notre premier édile que malgré la conservation de mon adresse email de la ville de poissy ( ddebus@ville-poissy.fr ), elle restait désespéremment vide, à part les messages relatifs au stationnement gênant de véhicules sur le parking. Sans doute un sujet de "RésistanceS" supplémentaire à traiter...


Au sujet de véhicules, comme la ville est devenue très participative (...), je suggère de projeter la dernière vidéo de la Sécurité routière.

Ce sera pour être en résitance à l'usage de l'alcool et autres addictions, qui fait des ravages parmi nos jeunes et - toujours et encore - les moins jeunes. 


A Poissy comme ailleurs.



Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 07:30

Dodo à La Bruyère


La formule résume ce qui se passe dans le quartier de La Bruyère, dans le cadre du projet de constructions de 200 logements.


A la décharge de l'association de défense du quartier qui n'a pas ménagé ses efforts ni son implication, le permis de construire va être déposé dans les prochains jours avec assez peu de modifications :


- 5 logements en moins, avec une simple reconfiguration de surface d'appartements

- 25 places de parking en plus mais PAYANTES puisqu'à acheter pour 15.000 euros en plus de l'appartement !

- une potentielle crèche en rez de chaussée du batiment SNI, sauf erreur

- une classe supplémentaire en maternelle et deux autres en primaire.


C'est le résultat de trois réunions "de concertation", où le Maire n'était présent que la première heure de la première du 16 avril. Les autres réunions se sont tenues le 05 et 07 mai. Les compte-rendus sont disponibles sur le site web de l'association.

 

Soyons lucides, la concertation annoncée ne pouvait qu'être très limitée au regard de l'état d'avancement du projet K&B. Il y avait un air ou un goût "canada-dry" qui ne pouvait que se confirmer.

 

Ainsi, quid de l'étude d'impact sur le quartier et sa circulation ?

 

Rien en vue, soeur Anne, y compris pour la TGO en 2015. Pourtant la dernière "tribune libre" de l'équipe majoritaire parle de la perspective 2020...

 

Non, dort bien soeur Anne, tu ne verras rien de plus venir...

 

Et comment se fait-il ? Quand on décode le discours du Maire lors de la réunion du 26 mars au Club Péguy, cela pouvait-il en être autrement quand on s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de budget pour l'aménagement du carrefour à l'entrée du quartier ?

Et ne parlons pas du stationnement limité et restreint dans la rue qui va engendrer les pires des difficultés, à commencer durant les travaux. 

 

A moins qu'hier, le 02 juin, la donne ait changé lors de la dernière réunion en Mairie ? L'opération d'endormissement serait-elle achevée ?

 

Affaire à suivre.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 22:30

POISSY grande oubliée

du "Grand Paris"


"Aucune recette fiscale de la région, du STIF (syndicat des transports, présidé par Jean-Paul Huchon, PS) ou plus généralement des collectivités territoriales ne sera ponctionnée pour financer cet investissement" assure Christian BLANC, secrétaire d'Etat chargé du "Grand Paris".
Selon lui, la région fera une économie de 6 milliards d'euros en ne réalisant pas son projet de rocade ferroviaire Arc Express, qui sera repris par la grande boucle.

Il s'est dit "prêt" à reprendre les discussions sur le protocole d'accord entre l'Etat et la région concernant le schéma directeur (SDRIF), adopté le 25 septembre 2008 par le conseil régional, toujours bloqué par l'Etat.


Force est de constater que dans les économies visibles, il y a celle d'intégrer Poissy et le grand Ouest parisien, en dehors d'un aménagement et prolongement des lignes de RER A et E actuelles. Regardez par vous même le schéma de principe.

grand-paris.jpg

 

Pourtant, d'ici 2015, des travaux d'aménagement sont prévus sur Mantes, Poissy et La Défense, pour 240 millions d'euros.

 

Ce ne sera toutefois que pour fluidifier les trains venant de Normandie, avec un réaménagement des quais à Poissy, et pour accueillir l'arrivée du RER E en contrepartie, sauf erreur de ma part, de l'abandon du RER A.


A noter que la liaison Poissy-Versailles semble avoir du plomb dans l'aile.


Ce projet fait "la part belle" à La Défense, qui devient le noeud névralgique du transport ferroviaire de l'Ouest parisien. Voire le point névrotique avec la perspective de l'accroissement sans précédent du trafic et son flot de wagons pleins liés à la fin du "terminus de ligne" qu'est Poissy aujourd'hui.  


Les usagers des transports en commun pisciacais apprécieront certainement, d'ici 5 à 20 ans quand tout sera mis sur pied, pardon sur rail.

 

Ils auront donc le temps de s'y préparer...


Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 07:15

poissy-tag.jpgAssises

animées

 

 

Les assises de la jeunesse organisées par la Ville de Poissy ont été assez animées, selon divers degrés et à différents moments.

 

Même si elles se sont terminées en point d'orgue le soir du samedi 22 mai avec des bagarres entre bandes à l'intérieur même du Théatre de l'Hotel de Ville et sur la Place de la République, et de ce fait un sentiment de fête gâchée, faisons un point éclairé et aussi objectif que possible.

 

Les côtés "plus" :

 

- elles ont permis une certaine expression jusque là cantonnée en périphérie ou en marge des lieux centraux et normés de la ville, canalisée en projets relayée par des délégués,

- de réels projets ont pu trouver un écho plus large (skatepark, radio etc)

- même si je n'en suis pas fana, à quelques titres près, le concert gratuit de rap est une excellente manière de clôturer la démarche envers les jeunes

 

Les côtés "moins" :

 

- le rap, le hip-hop, le reggae, les tags d'art (même sur un mur prévu pour l'occasion) me donnent l'impression d'une caricature de jeunesse, ou en tout cas à une délimitation convenue et réductrice,

- une organisation, notamment en terme de sécurité, visiblement trop "bon enfant" pour canaliser les "expressions" plus viriles et batailleuses,

- une institutionnalisation par la prise en main municipale, qui crée de fait une impression d'absence de sincérité dans les relations entre municipalité et jeunes

 

Ce faisant, ces assises ont eu le mérite d'exister, et c'est malgré tout une initiative qu'il faut saluer, même si elle a été perçue par beaucoup, jeunes et moins jeunes, comme une "opération séduction" envers les jeunes un peu orientée.

 

A bien regarder le film passé au Théatre en début de soirée du 22 mai, entendre dire qu'il "n'y a rien pour les jeunes à Poissy", cela avait un côté démago et de combat d'arrière garde vis-à-vis de l'ancienne municipalité, balayant d'un revers de main les multiples clubs, associations - sportives et culturelles - de la ville, qui sont un vrai relai ouvert à qui veut bien y entrer.

 

A bien regarder l'intérêt marqué par un certain nombre de jeunes présents dans les gradins samedi soir, disons plutôt le manque d'intérêt et un côté consumériste (de musique gratuite), l'exercice était un jeu  à l'équilibre fragile.

 

L'animation de ce samedi soir a révélé les ambitions et les faiblesses du projet "jeune" de la Ville de Poissy.

 

Alors même que la constitution d'un "Conseil Local des jeunes" est à peine annoncée, tout comme des aides aux projets exprimés, le budget de 30.000 euros est-il bien adapté à l'ampleur de la tâche ?

 

Et j'apprécie toujours autant ce manque flagrant d'information au sein du Conseil Municipal, illustré par le fait qu'en tant que Conseiller, je suis obligé de me rendre à une manifestation publique pour prendre connaissance des décisions prises par notre premier édile.

 

Je faisais récemment la même remarque concernant le "conseil municipal des jeunes" où la place faite aux conseillers municipaux est d'une inconsistance quasi totale, n'acceptant pas la place de "conseiller d'ornement" qui voudrait m'être faite.


Alors j'ai un peu de mal entendre dire notre Maire qu'il est "à l'écoute" et que l'expression c'est "une priorité" quand j'apprends que même les réunions du groupe majoritaire ne se sont plus déroulées depuis maintenant 6 mois.

 

Pour en finir avec cette pratique autocratique pisciacaise, l'animation des instances internes de la ville devrait avoir le même degré d'intérêt et de réalisation que les assises de la jeunesse, entre autres.

 

Ce serait une façon de donner l'exemple à nos plus jeunes citoyens.

 

Pour préparer l'avenir, vivons déjà le présent...

 


Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 23:00

gallieni.jpg

Un Gallieni averti

en vaut deux


Ce soir, jeudi 20 mai 2010 a eu lieu un grand exercice de style "participatif" de notre Maire lors de la réunion "Gallieni" à la salle Robespierre.


 

 

 

Enfin qui se voulait être comme tel car certaines affirmations de notre Maire n'y aident pas toujours.


Par exemple quand il affirme que l'assemblée présente n'est pas en majorité de son bord politique alors que les habitants du quartier étaient venus écouter leur Maire, tout simplement, comme mon voisin de devant qui a fait une intervention fort juste sur le principe de démocratie participative.


Ce ne doit pas être la présence de quelques opposants avérés qui permettaient de confirmer le point de vue du Maire.


Par exemple quand il dit à l'assemblée présente : "que vous le vouliez ou non, ce projet se fera", il est difficile à certains de garder leur calme, déjà qu'il y en avaient deux qui étaient venus semble-t-il assez énervés et sont repartis encore plus énervés après que le Maire ait affirmé que la décision était prise.


Après ce départ, le débat a gagné en sérénité et en écoute, en tout cas dans la salle.

gallieni1.jpg

 

 

Mais que dire de ce projet, si ce n'est qu'il ne correspond pas du tout aux attentes des habitants. D'ailleurs le présentateur bénévole n'a même pas eu l'occasion d'aller jusqu'au bout de sa présentation, qui n'était de toute façon que partielle puisqu'il le projet ne serait d'après lui qu'au niveau de l'étude.

 

Il est vrai que les échanges ayant été nombreux et riches, l'heure a tourné sans que l'on s'en rende compte.


L'inquiétude est grande et je dirais qu'elle a encore grandi, principalement pour deux raisons, selon moi :


- la définition de la cible des personnes n'est pas vraiment établie : le type de population évoqué est finalement assez large et flou, car tantôt on parlait de jeunes travailleurs, tantôt de mères de famille, tantôt d'étudiants, tantôt de jeunes "en situation de précarité".

Je n'ai pas manqué de demander quels étaient les critères de sélection pour l'attribution du "logement" (rappelons que je le demande pour l'attribution des logements appartenant à la ville lors de conseils municipaux, sans réponse claire et précise du Maire, si ce n'est que "c'est ma décision").


- la mèche semble avoir été vendue par l'intervenant puisqu'en évoquant la possibilité de financement de 4 animateurs pour 100 logements (en y associant l'autre projet de de résidence 50 logements sociaux prévu boulevard Devaux), l'orientation retenue implicitement serait le logement social de jeunes en difficulté, seul à même de pouvoir obtenir le financement des postes créés.

 

gallieni5Peut-être que notre Maire aurait dû mieux expliquer le concept de "parcours résidentiel" des jeunes, terme qui fait référence à un process peut-être connu, mais pas du grand public.


 

L'hermétisme des mots semble avoir rejoint celui de la pensée...

 

Sans oublier la problématique du coût aux pisciacais, pour laquelle la réponse n'était pas vraiment précise, si ce n'est qu'il y avait foultitude de subventions, à chercher à ce stade du projet, auprès de l'Etat, de Conseil Général, voire de la CAF etc.

 

Il y a cependant une incertitude de taille qui est la place laissée aux financeurs pour "contingenter" (=réserver) les places. Si cette hypothèse se confirmait, la gestion de l'association qui serait créée pour la circonstance serait quelque peu orientée, même si le financeur ne ferait que "proposer".

 

Reste la "turn-over" ou le taux de remplacement, dont le temps moyen d'occupation aurait tendance à augmenter, crise oblige.

 

Reste la question - toujours ouverte - des besoins réels des habitants.

 

Ainsi, la demande exprimée ce soir pour la création d'une crèche - même si elle est bien ciblé - n'a malheureusement que peu de chances d'aboutir, disons même aucune. Mieux vaut ne pas leur donner de faux espoirs, alors qu'il serait bienvenu et en plus facilement réalisable la transformation de cette Poste récemment désaffectée.


Un Gallieni averti en vaut deux.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche