Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 08:00

Gogos et démagos, ou le transport à deux étages, pour ceux d'en haut et ceux d'en bas...

La cinquième délibération du Conseil Municipal du 22 octobre 2009 consistait en une "demande de subventions auprès de l'ADEME, la Région Ile de France et le Département pour l'établissement d'un plan de déplacements pour les établissements scolaires".

De quoi s'agit-il exactement ? Dans le contexte de la mise en place de l'Agenda 21, la Ville de Poissy souhaite intervenir pour réduire la dépendance automobile dans les déplacements domicile-école et développer les modes alternatifs.

L'objectif affiché est "d'élaborer, en concertation avec la commune, un questionnaire adressé aux élèves et aux parents".

Très bien me direz-vous, mais à qui s'adresse-t-il ?

L'étude est destinée à cinq écoles maternelles et élémentaires, et précision importante "ceci sera également l'occasion d'établir un dialogue parents-enfants sur le sujet, d'une manière générale." 

Ma réaction a été de dire que ce dernier point relevait de la pure démagogie et que ce serait plutôt le dialogue parents-Mairie qu'il faudrait rétablir.

En effet, il n'y a - parait-il - pas d'argent pour organiser le ramassage scolaire de La Coudraie vers l'école Pascal (cf. l'article du Parisien du 11 septembre 2009, relatant les propos de Mme METZGER, Maire-Adjoint à l'éducation) mais il y en a pour payer une pseudo-étude de plus de 12.000 euros (HT, et même si financée à 50%) alors que la plupart des problèmes sont déjà connus et identifiés.

Mme le Maire-Adjoint avait beau faire un effet de manche en me demandant si j'étais devenu le partisan de la dépense à tout va alors que je prétendais être devenu l'inverse (cf. ma déclaration au CM du 24/09/09), il n'en reste pas moins que la démagogie ne fait pas avancer les choses, et qu'au final il reste les gogos de l'histoire à savoir les parents qui n'ont pas de transport pour leurs enfants.

La question qui se pose également est "pourquoi avoir accepté des dérogations d'affectation" ? A la réponse "La décision était donnée depuis février denier et donc les parents doivent assumer !", j'ai rétorqué "Mais quels parents accepteraient de mettre leur enfant dans une classe de 3 à 4 niveaux ?" (à l'Ecole Fournier de La Coudraie).

Personne n'a été en mesure de me répondre. Et je suis surpris d'apprendre que cette décision ait été prise il y a quelques mois déjà, sans aucune concertation ni information. 

La sécurité est pourtant une priorité sur laquelle le tandem BERNARD-METZGER n'a pas lésiné en enlevant un grand nombre de jeux extérieurs dans les maternelles de la ville (voire la quasi-totalité à la maternelle de l'Abbaye), prétextant de leur non-conformité (ce qui était vrai pour certains).

Alors qu'elle est prise en compte à l'INTERIEUR pourquoi ne pas la prendre en compte à l'EXTERIEUR ?

Il n'en reste pas moins qu'il faut que le Maire sache assumer ses choix vis-à-vis de ses administrés et que la sécurité des enfants n'est pas un luxe.

Par contre, rouler en véhicule de fonction Citroen C5 Exclusive (à 38.000 euros environ) en est un.

S'il y avait des économies à faire pour financer le transport scolaire, que le M.Le Maire commence donc par celle-ci...!

Et je ne parle même pas des sommes astronomiques mises dans la Maison des Associations (entre autres)...

Y aurait-il donc deux niveaux de service rendu à nos administrés ?

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 07:35

 Qui a donc été élu député le 18 octobre 2009 ?

A lire le dernier numéro du "PISCIACAIS", personne...! En fait, on ne sait pas.

Une seule page "en parle", façon de parler puisque seuls sont indiqués les résultats des votes par bureaux dans Poissy.

Mais quid des autres villes et villages ?

Et quid du vainqueur ? Pas le moindre mot ni la moindre allusion, et encore moins des félicitations.

Le traitement journalistique, d'un niveau sans égal dans son dépouillement, laisse perplexe et sur leur faim beaucoup de pisciacais. 

Manquerait-il un côté "beau joueur" de la part du Directeur de la publication ? 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 00:00
PETITE ANNONCE : Ville de Poissy recherche subvention, probablement perdue à l'ANRU. Signe de reconnaissance : 1.569.750

Un petit rappel s'impose pour expliquer ce qu'est l'ANRU et quel est son rôle.

L'ANRU est l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine. Son rôle est de mettre en oeuvre le Programme National de Rénovation Urbaine en approuvant des projets globaux qu'elle finance sur des fonds publics et privés. L'Agence apporte son soutien financier aux collectivités locales, aux établissements publics et aux organismes privés ou publics qui conduisent des opérations de rénovation urbaine.

Pour Poissy, deux subventions sont à l'étude en ce moment : une pour La Coudraie, l'autre pour le quartier de Beauregard, respectivement pour 2.012.200 E et 1.569.750 Euros.

Sauf que sur la liste actualisée des OPérations Isolées (OPI) au 10 septembre 2009, cette dernière est manquante...ce qui veut dire qu'elle en a été exclue. Donc pas de subvention...

Questionné par deux fois lors du Conseil Municipal du 22 octobre 2009, M.Le Maire ne semblait pas connaître cette information et s'en tire avec une pirouette en répondant qu'il n'y a pas d'impact sur le budget de la ville, ce qui est vrai dans l'immédiat.

Car la subvention ne figure au budget que lorsqu'elle a été reçue, ce qui ne sera visiblement jamais le cas (puisque Poissy ne l'a pas obtenue).

Vous pourriez dire qu'il s'agit d'une mesure de rétorsion vis-à-vis d'un maire socialiste. Eh bien pas vraiment puisque cela se décide au sein de la Commission Permanente du Conseil Régional d'Ile de France, présidée par un certain Jean-Paul HUCHON...

La ville devrait toutefois récupèrer deux fois 250.000 Euros au titre du CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale), une fois pour Beauregard, l'autre pour Saint-Exupéry. 

Se pose un problème majeur : comment la ville va-t-elle financer son projet de rénovation dans Beauregard ? Va-t-elle le laisser tomber purement et simplement ? Va-t-elle devoir faire un emprunt pour compléter la différence ?

L'autre souci est que visiblement ni le Maire ni quelqu'un dans son cabinet ne semblait connaître ces informations.

A moins que ce soit déjà connu et que le mot d'ordre soit "profil bas pour tous sur le dossier", ce qui reste tout à fait possible et plausible.

Ce qui me permet malgré tout de faire un certain "retour à l'envoyeur" à M.Le Maire de Poissy concernant la (non-)connaissance des dossiers.


Cette affaire reste à suivre !

 
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 03:34
 Quand les bonnes lectures   viennent contrecarrer les meilleurs plans...

La délibération N°25 du conseil municipal du 22 octobre fait suite à ma déclaration du 24 septembre.

Elle consiste simplement à me remplacer dans les deux commissions : "affaires économiques et emploi" et " affaires sociales et solidarité".


Toutefois, le texte avancé pour motiver la délibération ne correspond en rien à l'objet visé.

En effet, la décision 06VE00384 du 13 décembre 2007 rendue par la Cour Administrative d'Appel (CAA) de Versailles concerne, entre autres, la mise à disposition d'un local pour les conseillers minoritaires, qui est un droit que le Maire est tenu de satisfaire dans des délais raisonnables.


J'ai donc dit que j'étais "au regret de vous indiquer que cette délibération a de fortes chances d'être illégale car contraire aux textes de jurisprudence de la Cour Administrative d'Appel de Marseille du 31/12/2003 (N°00MA00631) confirmant un arrêt du Tribunal Administratif de Nice du 03 avril 2000.

Ces derniers stipulent entre autres que le conseil municipal ne peut modifier la composition des commissions municipales au motif que certains conseillers aient rallié en cours de mandat un autre groupe politique.
 
L'argument déployé par M.Le Maire pour passer outre ce fait a été de dire qu'il existait une réponse ministérielle postérieure à 2003 qui infirmait ce principe, sans pour autant indiquer laquelle (existe-t-elle vraiment ? et quand bien même la décision de la CAA de Marseille l'emporterait, juridiquement parlant, sur la réponse du ministre).

Et même qu'il fallait la rechercher...avant d'aller devant les tribunaux et que cela allait durer un temps.

Cette attitude n'est pas acceptable.

Il n'y a pas de Don Camillo à Poissy, mais il y a des lois dans notre république, qui sont à appliquer, par le Maire de Poissy y compris.

Mais puisque M.Le Maire n'a rien voulu entendre, je n'ai pas pris part au vote, tout comme le groupe d'opposition. Les représentants du Modem se sont abstenus. Je les en remercie tous pour ce soutien.

En conséquence, un courrier d'alerte va être envoyé au Sous-Préfet très prochainement.

Un autre va suivre pour demander de respecter la jurisprudence du 13 décembre 2007 du CAA de Versailles sus-cité, texte donné par erreur mais qui au final me donne des arguments en ma faveur.

Que le membre du cabinet du Maire qui a rédigé le texte de cette 25ème délibération en soit chaleureusement remercié.
 
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 23:59
  Un souffle nouveau sur Poissy, mais pas celui attendu !

La délibération N°1 du conseil municipal du 22 octobre 2009 a été le reflet de ce que chaque républicain a en horreur.

L'objet de cette délibération est de demander la garantie d'emprunt (950.000 Euros) pour le financement de l'acquisition de locaux d'une crèche communale.

Il est utile de dire et de reconnaître que le projet est louable.

Mais à la remarque que le fait de demander cette garantie avant même que la décision de créer une crèche soit prise, sans même passer par la case "commission des affaires sociales et solidarité", était de "mettre la charrue avant les boeufs", M.Le Maire a répondu que l'ancienne équipe n'a jamais fait vivre ces commissions permanentes et qu'il ne voyait pas où était le souci dans ce cas de figure.

Ainsi, d'un revers de la main, M.Le Maire balayait l'existence des commissions, en même temps que le principe et la nécessité de partage des informations et de transparence 

Et même, il s'étonnait que nous ne soyons pas au courant de la décision de Fadela AMARA, membre du gouvernement...
Même s'il y a une politique globale décidée par le gouvernement, au niveau local la moindre des choses est de respecter les instances du cru.

C'est le principe de base de la démocratie locale, dont il s'est voulu le héraut dans un passé très récent.

Faites donc ce que je dis, mais pas ce que je fais...!

L'impression qui m'est restée de cet "échange" me renvoie tout droit à un film dont un des acteurs principaux joue le rôle de maire. Vous l'avez certainement reconnu.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche