Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 08:00

La cour d'appel vient de trancher dans la contestation du contrat de prêt dit "toxique " qui oppose le SIDRU et la banque allemande DEPFA. En faveur de la banque...! Avec la bagatelle de près de 20 milllions à verser dans les 6 mois, malgré le recours en cassation, la trésorerie de l'organisme public est mise à mal, très mal, puisque seuls 8 millions avaient été provisionnés.

Par ailleurs, exit l'amende de 120.000 euros infligée en première instance à la banque.

Donc cette banque n'aurait pas mal conseillé le SIDRU.

Dans cette affaire d'apprentis sorciers, c'est fort de café, et la tasse, c'est le SIDRU, donc les 15 communes adhérentes, et leurs administrés qui va/vont la boire. D'autant plus fort que la cour d'appel se base sur la "qualité " de son président de l'époque, le maire de Saint-Germain en Laye.

Il serait question de tenter de déroger aux règles et demander un prêt sur 20 ans de 12 millions d'euros dans les 6 mois, sans surcoût pour les usagers....!!

Outre l'imprévoyance face au risque pourtant soulevé par un opposant dès 2007, on voudrait nous faire croire que, "dormez tranquille braves gens", ce ne vous coûtera rien de plus...à 20 millions d'euros près. Sans compter les intérêts !

L'actuel président, l'ancien premier adjoint aux finances de Poissy, essaye de faire face à cette situation inédite, mais sans vouloir s'avouer battu, la dérogation a de minces chances d'aboutir.

Alors, si la mise sous tutelle de l'état, qui se balance au dessus de nos têtes comme l'épée de Damoclès, se mettait en œuvre, il est imaginable que le représentant de l'état se retourne vers là où il y en a pour chercher les 12 millions manquants. Pour le club des 15 adhérents, cela ferait une colline au lieu de la montagne d'argent, mais quand même...! Sauf à mettre en liquidation judiciaire le SIDRU, avec toutes les conséquences négatives , il va bien falloir payer et trouver de quoi le faire !

D'emblée, il faudrait demander que le maire de Saint-Germain en Laye assume sa responsabilité en qualité de président de l'époque, en appliquant un coefficient de 2 dans à la clef de répartition entre villes. On ne veut plus entendre l'insupportable "responsable mais pas coupable"...!

Honte aux élus qui à l'époque ont entériné cette folie, malgré les alertes faites. Un simple capage dans une formule à taux variable aurait pourtant suffit !

Honte à la banque DEPFA qui s'est laissée entraîner dans une forme de facilité et qui, dans sa fuite en avant vers cette recherche de lucre, en a "oublié" de mettre un filet de sécurité pour son client. Une négligence donc, on ne peut effectivement soutenir qu'il y aurait eu "mauvais conseil". Y a-t-il eu conseil ?

Pour reprendre la formule du battement d'ailes du papillon, le crissement du stylo sur le contrat de prêt génère une grosse baffe de 20 millions d'euros 10 ans plus tard.

Et vous, vous les estimez à combien celles qui se perdent ?

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 08:00

Pour ceux qui n'y prêtent pas attention, arrêtez vous un instant devant le panneau installé au bord de l'ex-N13, à la Maladrerie de Poissy.

Vous y verrez qu'une construction est prévue sur un terrain de 341 m2.

Enfin, plutôt DEUX constructions sur 300 m2 (sur les 341...) et sur... 9 mètres de hauteur...! Autant dire un blockhaus qui va dépareiller de l'ensemble des maisons présentes. Et défigurer le hameau.

Validé le 22 mai 2015, le permis de construire a été déposé par une SCI dont on ne trouve nulle trace au registre du commerce sous son appellation inscrite sur le panneau. Il est fort à parier qu'il va susciter quelques interrogations.

Par exemple, en étant placé à moins de 50 mètres de La Chapelle Saint-Lazare du 12ème siècle, inscrite au registre du patrimoine national, le projet de construction a-t-il fait l'objet d'une consultation des domaines de France ? Il semble également que les riverains n'aient pas été consultés.

Affaire à suivre.

MAJ du 08/11 : les domaines de France ont validé le projet, renseignements pris. On ne peut toutefois que s'interroger sur la pertinence de deux constructions de type blockhaus avec toit dans un secteur pavillonnaire et historique.

Par ailleurs, nous confirmons ne pas avoir trouvé de trace de la SCI au registre du commerce. Avec une société fantôme dépositaire du permis, une question nous taraude : a-t-il une réalité pour ne pas dire une raison d' exister ? Le président de cette société fantôme habiterait dans les Yvelines.

Affaire à suivre...

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 08:00

La ligne de RER A se divise en trois parties à l'ouest de Paris : Saint Germain en Laye, Cergy et Poissy.

Saint Germain est une voie à part, Cergy et Poissy par contre passent par le même noeud ferroviaire, Achères. Noeud, car la gestion de son flux est complexe, entre RER, trains de voyageurs et de fret.

Sont sur la table la facilitation de ce flux avec la fréquence et les horaires de passage de ces trains, RER compris.

Le bassin de Cergy étant plus grand que celui de Poissy, cette dernière serait en train de perdre a minima une fréquence horaire, peut être deux, au profit de Cergy.

Annonciateur de l'évolution vers le futur RER E, et la fin de la ligne A à Poissy, cet épisode n'est pas une surprise en soi pour ceux qui avaient suivi serieusement le dossier. Pour mémoire, annoncé comme un "plus" pour Poissy, le RER ayant un temps record de liaison vers La Défense, il occulte cependant le temps supplémentaire vers l'autre bout de Paris, avec la perte de la ligne directe du train vers Saint Lazare et de celle de la ligne A du RER.

In fine, avec Poissy devenant simple arrêt du futur Eole, la ville n'est elle pas simplement en passe d'être reléguée en seconde catégorie ? Car ne doutons pas que le basculement vers Cergy du RER A se fera malgré toutes les déclarations ou gesticulations qui vont se multiplier ces prochains mois.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 08:00

Avec le développement des intercommunalités, redécoupage des cantons, les départements français ont du plomb dans l'aile. Ainsi vont leurs finances également avec un trou résultant du désengagement de l'Etat, entre autres.

Car les difficultés ne sont que la conséquence d'un cumul d'actions effectuées dans le passé.

Ainsi, les aides diverses et les embauches n'ont pas été réellement remises à plat à l'aune de la création des intercommunalités.

+66% c'est donc la hausse (record de France) votée dans les Yvelines, à l'unanimité moins deux courageux (Philippe Brillaut et Sylvie D'Esteve qui s'y sont opposé).

Certains maires mettent en avant qu'ils "préservent" leurs administrés en...maîtrisant les dépenses communales...mais en votant la hausse départementale avec leur autre casquette...

Pour soutenir l'argument de bonne gestion, la logique aurait voulu une baisse communale en montant équivalent à la hausse départementale... mais à Poissy la hausse de 2011 n'a pas été remise en cause en 2015 ni en 2016.

Idem en 2017. En cause la baisse de la dotation de l'Etat mise en œuvre sous le mandat présidentiel Sarkozy, et évidemment continué sous celui de Hollande. Certains Pisciacais en ont été bien maris.

Les électeurs auront-ils la même vision que les contribuables ?

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 08:00

A peine sorti de la majorité municipale, Jean-Frederic Berçot crée "Renouveau en Yvelines". Dans les primaires LR actuelles, le renouveau est incarné par Bruno (Lemaire), dont il est le soutien dans notre département.

Il faut se demander si la bataille des primaires n'avait pas une part de responsabilité dans toute cette affaire pisciacaise ? Car les soutiens divers et variés sont plus concurrents que partenaires, et les fractures se révèlent être plus grandes et nombreuses que prévu entre les candidats et leurs équipes.

Déjà que le PS est mort, LR va-t-il survivre en n'y perdant pas son âme (s'il en avait une...) et ses troupes ? Car le gagnant des primaires à droite va probablement retenir et mettre en avant ses forces pour contrôler le parti et sa représentation nationale. Ce faisant il risque de laminer son propre camp, en ecartant ceux qui auront choisi le mauvais... comme à Poissy... en clair, l'exemple pisciacais n'est-il pas que le simple prélude local au mouvement national ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche