Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:00

FINI LES VACANCES !

 

 

Aujourd'hui, c'est la fin des vacances scolaires, et le retour au rythme quotidien, enfants compris.

 

La semaine passée, la lettre circulaire de Mme METZGER, adjointe à l'éducation et à la famille, a été envoyée aux parents d'élèves au sujet de la réforme des rythmes scolaires. Cette lettre rappelle le cadre du décret de fin janvier 2013, qui est d'appliquer cette réforme EN SEPTEMBRE 2013 "(sauf demande de dérogation pour 2014 auprès du Directeur Académique)"...

 

Il est plus étonnant de lire le justificatif : " la moyenne des jours de classe en Europe est de 188 jours alors qu'en France nos élèves n'en ont que 144". Ne suffirait-il "simplement" de commencer par restreindre la durée des "grandes vacances", de deux semaines par exemple, nous gagnerions déjà huit jours pour mieux étaler les 864 heures de classe (contre 774 à 821 en Europe) ?

 

Les sept autres points nous éclairent un peu plus, sauf sur le point essentiel du coût des solutions d'accueil dès la fin des cours, solutions dont l'évolution potentielle de durée peut être impactée fortement. Le financement ne serait donc pas un problème ? On peut en douter.

 

Le timing est également particulièrement choisi par nos élus majoritaires. Ce samedi 23 mars à 10h30, une réunion de restitution des "temps de l'enfance" est organisée au CDA, avenue Blanche de Castille, à laquelle sont seuls conviés les parents élus aux Conseils d'Ecoles.

 

Les élus municipaux ont été "oubliés", ce qui est d'autant plus dommage que la prochaine réunion du Conseil municipal où sera traité le sujet se déroulera le 28 mars. En toute conscience de représentant de la République, je me rendrai donc sur place pour participer à cette restitution pour mieux être en mesure de représenter les Pisciacais qui m'ont élu et ainsi réparer l'oubli de Monsieur le Maire et de son adjointe.

 

Daniel DEBUS, Conseiller municipal

Partager cet article
Repost0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 12:00

2014, une voix en moins

mais combien de listes ?

 

 

Potentiel candidat à la mairie de Poissy, Jean-François RAYNAL, le conseiller général de Poissy-Nord et conseiller municipal pisciacais, a annoncé son retrait, officiellement sur son blog.

 

Sur les différents sites ou blogs, entre autres, les commentaires vont bon train, tout comme les questions. Mais sa décision lui appartient. Avec ce retrait, la ville de Poissy perd une voix de qualité et surtout une compétence et une connaissance des dossiers. Espérons qu'elle ne se taise pas, car malgré les différences, y compris de camp en 2008, nos visions et positions étaient souvent proches, pour ne pas dire partagées, au fil des réunions de conseil municipal.

 

Nous sommes ainsi dans la perspective d'une seule liste "de droite", une liste "de gauche", et une liste estampillée "du centre". Peut-être une liste indépendante des Verts ? 

 

Les partis politiques sont une référence mais parfois trop sclérosante. Pour ma part, "droite" et "gauche" ne veulent plus dire grand chose, mais c'est un autre débat. Ayons raison gardée et voyons qui représentera le mieux nos idées. Au-delà des promesses et des belles paroles, c'est un véritable projet qu'il faut pour Poissy. 

 

Retenons qu'aujourd'hui, 1er mars 2013, les comptes commencent à tourner car nous sommes à un an, début de mois, avant les élections municipales 2014.

 

Que tous ces messieurs-dames nous présentent avant tout de quoi donner envie.


Aux Pisciacais de faire le tri dans un peu plus d'un an...

 

Daniel DEBUS - conseiller municipal de Poissy

Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 16:41

RYTHMES SCOLAIRES, l'escalade du front de refus. À l'école de l'Abbaye, le front de refus monte d'un ton en appelant au boycot de la journée du 1er mars. Les enseignants ne font pas grève, l'école reste ouverte.
Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 00:15

RYTHMES SCOLAIRES, LE MAIRE SE PRONONCERA FIN MARS

 

La réunion de conseil municipal de ce mercredi 27 février a été plus animée à la fin qu'au début.

 

En effet, le "débat d'orientation budgétaire" n'a fait l'objet que de courtes escarmouches de l'opposition. La délibération sur la validation du périmètre de l'intercommunalité un peu plus.

 

Ce n'est qu'à la fin que le débat a été plus vif, sur le sujet des rythmes scolaires. Notre premier édile affirme que la concertation a débuté en octobre et que des réponses ont "déjà été données" aux parents. A certains peut-être mais pas à tous.

 

Si l'on partage la volonté de "mettre l'enfant au coeur", en place centrale, on ne peut suivre pleinement monsieur le maire sur son affirmation que peu importe si les parents tiennent "à leur confort". Je n'ai pu m'empêcher de répondre qu'un enfant a tout de même besoin de parents pour grandir, et il ne s'agit pas de compliquer encore plus la vie de ces derniers sachant qu'elle l'est parfois suffisamment comme cela. Ce ne sont pas ceux à qui la mairie a refusé la dérogation d'inscription à l'école qui diront le contraire.

 

Il y a toutefois le problème de fond qui reste à traiter, tant de l'organisation parentale que du coût engendré par cette évolution. C'est bien un problème de fond et non de simple forme.

 

Si nous pouvons tout à fait être d'accord sur le principe que la réforme est l'occasion donnée de revoir plus profondément le fonctionnement global autour de l'enfant, encore faut-il avoir la volonté de partager la globalité des aspects à traiter. Et le montrer.

 

En ricochet, il est ainsi question de l'impact (sur) voire du devenir des associations ou établissements qui dispensent les activités sportives et culturelles, dont l'équilibre de fonctionnement est bien huilé, à commencer par le conservatoire de musique, mais aussi de la présence des animateurs jeunesse, de leur statut entre autres.

 

L'équation n'est pas facile ni évidente à résoudre. Beaucoup de municipalités, toutes couleurs confondues, ont décidés de reporter à 2014. Certaines ont décider d'appliquer dès 2013, comme Saint-Germain-en-Laye et Chambourcy. Tout dépend en fait de l'état d'avancement des travaux ou réflexions qui ont pu être menés dès l'annonce de la réforme. Mais comme à Poissy, la grande problématique reste la communication et somme toute la transparence, en terme de faiblesse voire de manque, il est légitime que l'inquiétude prédomine à l'heure actuelle.

 

L'annonce faite en séance ce mercredi soir par le maire de Poissy qu'il prendra sa décision à la fin mars, soit dans un mois à peine, n'est pas pour rassurer, tout comme son affirmation que "cela ne coûtera pas forcément très cher"... j'ai déjà entendu cela et le résultat était aussi dérivant que l'affirmation était peu précise... 

 

Tout changement en vue génère de la résistance, la fameuse "résistance au changement", ce d'autant plus qu'aucune perspective concrète n'est proposée en contrepartie. Le courage politique n'exclut pas la pédagogie, que ce soit pour un ministre comme pour un maire, ce même si le premier a "refilé le bébé" au second...

 

Il est urgent que le maire de Poissy informe les parents d'élèves par lettre circulaire de la démarche entreprise, avec - autant que possible - les tenants et aboutissants, les avantages et les inconvénients de chaque option, pour ainsi lancer réellement le débat. Sans oublier d'afficher le résultat du sondage effectué auprès de ces mêmes parents d'élèves fin janvier. Il serait même de bon ton de les publier rapidement sur le site web de la ville pour tenir au courant l'ensemble des administrés.

 

"Administrés" est le bon mot à employer, car les parents ne sont pas les seuls concernés ; il y a les grands-parents souvent, les responsables d'associations, voire des commerçants et j'en passe. Toute personne susceptible d'être concernée de près ou de loin par cette réforme doit être mise dans la boucle d'information.

 

Car, in fine, l'enjeu est bien là : l'information doit irriguer la ville sur ce sujet, qui aurait dû être traité comme une véritable "mobilisation générale". A défaut, il ne faut donc pas s'étonner que des parents réagissent, par insuffisance d'information donnée, avec la crainte d'être mis devant le fait accompli. Ce ne serait pas la première fois à Poissy, et de devoir "se démerder" ensuite.

 

L'argument avancé par monsieur le maire de vouloir politiser le sujet n'est que trop facilement avancé pour couvrir ses propres failles ou manquements. Devant l'incertitude de ce qui nous attend et l'impréparation des changements d'organisation induits, la sagesse voudrait que la mise en place à Poissy de la réforme des rythmes scolaires soit repoussée à la rentrée 2014.

 

Donnons donc du temps au temps pour tout mettre à plat, sans précipitation. Des ajustements peuvent toujours avoir lieu car rien n'est parfait du premier coup. Mais, de grâce, s'agissant de nos enfants, ne jouons pas aux apprentis-sorciers et évitons les conséquences désastreuses, même si ce n'était que pour une petite minorité qui ne serait découverte que sur le tard, trop tard... Ma crainte est qu'il y ait multitude de minorités. 

 

La force de la République est avant tout de protéger chacun de nos concitoyens, dans sa particularité. Dans le cas présent, chaque situation devra être prise en compte, sans qu'il soit question de faire jouer le prétexte de l'égalité républicaine pour mieux instaurer une chape contraignante et oppressante, sans intelligence ni reconnaissance de la réalité humaine de la condition parentale (cf les dérogations scolaires en 2010).

 

Soyons d'autant plus nombreux à signer la pétition pour le report.

 

Elle est disponible ICI.

 

Daniel DEBUS - conseiller municipal de Poissy

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 13:15

 

Notre Dame, faites sauter le bouchon !

 

Le croisement entre la rue de la Tournelle et l'avenue Blanche de Castille fourmille de bouchons en tous genres. En témoigne la photo, prise hier.

 

La sortie des classes aidant, avec un bus qui se met en tête de vouloir se garer le long de la voie, c'est souvent l'occasion de voir se générer un bouchon digne de la capitale.

 

Accessibilité restreinte, passage intensif, l'entrée de Notre Dame est un des points critiques dans notre ville qui est resté en l'état depuis de nombreuses années. Des solutions existent pourtant pour gagner en fluidité et en sécurité. Des propositions seront exposées d'ici un an. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche