Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 17:00

VOEUX, le cache misère à Poissy

 

 

Le début d'année est bien particulier dans notre bonne ville de Poissy : vœux officiels annulés, vœux politiques en contre-réaction, vœux pieux en pagaille, des vœux, en veux-tu, en voilà...!

 

Passons les mondanités avec les grands et moins grands du microcosme local, l'essentiel était au moins de conserver les voeux au personnel de la mairie, ce qui a été fait, même si in fine cela relève de la demi-mesure en 2012.

 

Le point essentiel est celui du budget prévisionnel, et surtout des dépenses réelles à venir. En 2012, l'effet de report va jouer à plein sur tous les sujets qui ont fait l'objet du "traitement" socialiste, avec l'explosion des coûts à la clef.

 

La difficulté ne serait pas tant de prévoir les dépenses, nombreuses en communication et en "événements festifs" et en frais de personnels exponentiels, mais l'affectation des recettes.

 

A force de vouloir faire plaisir à tout le monde, on finit par une insatisfaction générale, car on peut toujours tout faire, à la seule condition de pouvoir le financer !

 

Mais la cigale pisciacaise ayant chanté et dansé toutes ces petites années, la voilà bien dépourvue après que la crise fut venue. Du peu de crédit qu'elle donna à la fourmi, elle se retrouve sur le chemin du "mal en pis"...

 

Elle pensait pouvoir s'appuyer sur sa majorité, mais les moutons finissent toujours par penser et par se rebeller. Et si se déroulait un renversement de tendance, le maire ne mènerait plus la danse.

 

Chacun prendra-t-il ses responsabilités ou laissera-t-il les choses filer ?

 

Le rêve rose est déjà terminé, mais élus et citoyens ne sont pas encore réveillés ! Sortie de route assurée ? Comme une voiture sans freins n'est pas facile à manœuvrer, peut-on gérer une ville sans budget ? Cette polémique sur les voeux n'est finalement qu'un cache-misère...

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:00

POUVOIR D’ACHAT,

UNE GAGEURE

 

 


Dans le flot des informations, bien vite oubliées par la crise grecque, l’augmentation de la TVA nous pend au nez, en plus des taxes comme celle sur les sodas.

 

Le pouvoir d’achat était un des thèmes de la précédente présidentielle. Tout le monde pensait pour le « plus de », mais dans les faits, c’est « moins de », y compris avec un euro surévalué (ou les autres monnaies sous-évaluées, le résultat est le même). Le local rejoint le national, puisque depuis peu, tous les foyers pisciacais ont « enfin » reçu la totalité de leurs feuilles d’impôts locaux, non sans quelques surprises.

 

En fait, les 14,8% d’augmentation annoncés sont pas loin de 17,7%. A titre personnel, cela représente un total d’environ 500 euros, soit un demi-SMIC net. Parmi ceux qui sont dans le même cas, certains pourront le payer plus facilement que d’autres. Pour les foyers mensualisés, cela se traduit par une continuité de prélèvement sur novembre et décembre, par rapport au léger ajustement qu’il y aurait dû avoir.

 

Alors force est de constater qu’à Poissy, et malgré les belles paroles de 2010, le rabotage du pouvoir d’achat des familles pisciacaises est devenu quasiment une raison d’être de la municipalité socialiste, avec son « pouvoir de dépense », sans avoir un grand souci du lendemain.

 

La « règle d’or » qui jusqu’à présent concernait l’équilibre des comptes, ne devrait-elle pas changer pour revenir sur des bases saines d’une « dépense maîtrisée », en diminution ? Faute de quoi nous aurons « rebelote » sur le pouvoir d’achat en 2014, voire avant, et ce quelle que soit l’étiquette politique de nos futurs édiles.

 

Impôts locaux : cela fait combien pour vous ? Venez réagir sur poissyscope.fr

 

Cet espace est le vôtre.

 

Daniel DEBUS

Conseiller municipal d’opposition

http://www.pourpoissy.fr

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:14

C'EST COMBIEN POUR VOUS ?

 

Les feuilles d'impôts commencent à arriver dans les boites aux lettres. Impôts nationaux comme impôts locaux. Après l'augmentation de presque 15% sur la seule part départementale de la taxe d'habitation en 2010, nous voilà avec presque 15% sur la totalité, au profit de la municipalité pisciacaise qui l'a décidé pour 2011.

 

Mais nos concitoyens vont-ils s'y retrouver avec la nouvelle présentation du relevé qui est envoyé ?

 

Tout d'abord, il faudra reprendre le relevé de l'an dernier pour comparer le total à payer d'une année à l'autre. Ensuite, il faudra s'équiper d'une calculatrice pour poser l'équation et faire la règle de trois.

 

Pour trouver quoi ? Tout simplement que la part municipale progresse en fait de +21%, si mes estimations se révèlent exactes. Personne ne m'a contredit pour le moment, mais je recommuniquerai sur le sujet dès que j'aurai reçu mon relevé, pour illustrer par un cas réel. Sinon, pour vous, cela fait combien en plus , en montant et en pourcentage ? A vos claviers !

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 19:00

IL Y A 15% et 15%

 

 

 

Lors du Conseil municipal du 29 septembre 2011, une délibération était relative aux frais de représentation de la Directrice Générale des Services.

 

Tout d'abord, il faut noter que ce poste est réellement stratégique au sein d'une collectivité municipale de la taille de Poissy puisqu'il y tient le rôle de chef d'orchestre de la "logistique".

 

Selon Napoléon, "la logistique suivra", mais dans nos temps modernes, il faut laisser la place aux professionnels.

 

Ce professionnel a bien entendu des frais afférents à sa fonction. La règle actuelle était basée sur la présentation des factures pour remboursement a posteriori, système appelé "aux frais réels". Il permet un auto-contrôle personnel, puisqu'il y a nécessité de validation (et donc de contrôle) par son responsable qui n'est autre que le Maire de la commune.

 

Il fonctionnait très bien jusqu'à présent. Alors pourquoi vouloir le changer pour aller vers un paiement forfaitaire ? Qui plus est de 15% de la rémunération de l'intéressée ?

 

- quelle base de calcul de cette estimation ? Aucune n'a été donnée.

 

- quelle nécessité impérieuse à ce changement ? Aucune indication valable.

 

De deux choses l'une :

 

- soit le Maire en a assez de signer les notes de frais

- soit il ne saurait refuser certaines des dépenses exposées par cette vieille connaissance qui a fait les 400 coups de militantisme (socialiste) avec lui...ce qui pourrait lui poser problème s'il y avait une nature de dépense qui se révèlerait être sur le fil de la légalité.

 

Troisième possibilité : l'augmentation des taxes locales pisciacaises de +15% serait trop lourde à assumer, et il faudrait compenser un peu ?

 

Faites votre choix !

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:00

monnaie

 

EMPRUNTS TOXIQUES,

DANGER D'OVERDOSE

 

 

 

 

 

 

La nouvelle crise bancaire qui s'annonce au niveau international (Grèce, Italie et d'autres à venir) ne doit pas masquer ni nous faire oublier les finances locales.

 

 

Le journal Libération a mis sur la place publique la liste des communes, clientes de Dexia, qui ont contracté ce type d'emprunt, appelé "toxique" au regard du risque potentiel.

La liste n'est toutefois complète puisqu'il y a d'autres banques prêteuses.

 

Aujourd'hui, le risque n'en est plus un...il se réalise !

 

Après avoir été informé des emprunts toxiques du SIDRU de Saint-Germain-en-Laye, la bombe rambolitaine vient d'exploser avec 4 millions d'euros de pénalité !

 

Poissy figure également dans la liste. Quelle est l'ampleur exacte du "risque" ? Y a-t-il danger d'overdose comme à Rambouillet ? Ce sera la question que je poserai lors du prochain conseil municipal, le 29 septembre prochain.

 

Au-delà des montants, il s'agit de se questionner sur le process. En effet, beaucoup de monde a manqué de vigilance. A tort les élus pourraient se cacher derrière la Trésorerie Générale. Mais en fait, l'achat d'emprunt échappe à tout contrôle officiel.

 

Alors que l'achat de biens suit une règle et un process très strict, avec mise en concurrence, la contractation d'emprunt ne subit aucun contrôle à partir du moment où la décision est acté en conseil municipal. Pourquoi l'achat d'emprunt (puisqu'il y a sortie d'argent de par les intérêts à payer) ne suit-il pas les mêmes règles que l'achat de biens ?

 

C'est une anomalie que les futurs parlementaires devront rectifier au plus vite.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche