Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 08:00

PETIT BUDGET,

GRANDS CHIFFRES

 

 

Le conseil municipal de ce vendredi 13 avril au soir traitait particulièrement du budget 2012 et des comptes administratifs de 2011.

 

2011 est assez singulier : souvenez-vous que le discours tenu par le groupe majoritaire faisait dans le catastrophisme, le gouvernement ne comblant pas totalement la perte de recette de la taxe professionnelle supprimée.

 

Résultat, il fallait agir, augmenter les ressources. Cela c'est traduit par augmentation des impôts locaux de +14,80%, 17 et quelques dans la réalité puisque les bases annuelles de calcul progressent également tous les ans d'environ deux points.

 

Certains foyers pisciacais avaient également été surpris tant dans le fond de leur âme que dans celui de leur porte-monnaie en constatant une augmentation du taux réel à près de +25% ! Des retraités en particulier.

 

Que voyons-nous dans les comptes de 2011 ? Un chiffre à peine croyable ! Incroyable même !

 

Le résultat de l'exercice 2011 s'élève à +12.472.016,99 euros...

Ce chiffre cumulé au résultat de clôture 2010 (déjà à +15.243.417,03 E !) duquel est déduit la part affectée à l'investissement (6.978.075,06E), nous obtenons un résultat de clôture 2011 qui est positif de

 

+ 20.737.358,26 euros ! 

 

A se demander pourquoi il y avait besoin de soutirer aux Pisciacais des impôts supplémentaires tant les coffres de la mairie sont pleins ?!

 

Dénoncé en son temps le budget comme étant bien irréaliste à plusieurs titres, il n'a fait que confirmer son irréalisme. A quoi sert de faire un budget si ce n'est pas pour l'appliquer ?

 

2012 et 2013 seront probablement "de belles années", histoire de pouvoir présenter un bilan formidable en 2014.

 

A noter que les recettes des contributions fiscales directes ont bondi de 49,5 millions d'euros inscrits au budget à 51,3 millions en réel.

 

Soit 1,8 millions en plus !

 

Merci aux Pisciacais de contribuer si généreusement aux deniers de la ville...

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 19:30
BUDGET 2012, le répit du maire de Poissy

Attendus avec ferveur, les documents relatifs au budget 2012 ne sont pas encore apparus au grand jour à Poissy. Avec une date de conseil annoncée au 28 mars, ces documents auraient dû être donnés le 22. Mais comme pour sœur Anne, nous n'avons rien vu venir...

Me fendant d'un email ce vendredi soir 23h45 (il n'y a plus d'heure pour les braves, fussent-ils maire ou conseiller municipal), la réponse a été donnée promptement le lendemain par Frederik Bernard himself, une fois n'est pas coutume, pour m'informer que la date était repoussée au vendredi 13 avril.

Faut-il y voir une difficulté de bouclage ? D'après les dernières informations, la totalité des dotations de l'Etat ne serait pas encore connue.

Laissons les choses se faire, puisque l'exercice reste délicat en tout état de cause.

Espérons que la date choisie puisse porter chance à notre maire et son équipe majoritaire...
Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:00

FRANCE FORTE,

DEPENSES ET DETTES OBESES

 

 

Nous pourrions ajouter "indigestion d'intérêts". Le remède est connu, du moins celui qui est mis en avant : régime !

 

"Austérité" serait le bon mot. Comment cela traduirait-il ? Dépenses en moins, comme l'arrêt des Olympiades des jeunes à Poissy. Car ne rêvons pas, le niveau local pisciacais est à l'image du niveau national.

 

Mais les niveaux doivent s'analyser différemment, car leur situation est semblable et différente à la fois :

 

- Au niveau national, nous avons d'une part des dépenses importantes, avec notamment une part de charges salariales importante, mais en baisse, même si toujours pas à bon escient (police, hopital); et d'autre part de recettes qui ne progressent pas sufisemment, du fait entre autre du bouclier fiscal, de l'amendement Copé de décembre 2004 et j'en passe.

 

Au niveau local pisciacais, nous avons aussi des dépenses importantes, avec notamment une part de charges salariales importante, d'autant plus que cette part a évolué de manière significative tant en montant qu'en proportion du budget global depuis quatre ans. La différence est que contrairement à ce que notre premier édile laissait entendre à de multiples reprises, la crise de la recette n'a été qu'une grande peur, dont la réalité a montré une évolution somme toute normale pour le moment, ce malgré la réforme de la taxe professionnelle.

 

Dans sa logique, notre premier édile a engagé une politique de "service rendu aux Pisciacais" basé sur des dépenses de personnel importantes et augmentation forte avec son besoin de financement sur le moyen et le long terme. En prolongement de cette logique, l'effet sur les Pisciacais s'est "logiquement" fait sentir, très rudemment, sur leurs relevés de taxes locales.

 

La tendance sera confirmée lors du conseil municipal du 28 mars prochain, au cours duquel le budget 2012 sera présenté et validé par l'équipe majoritaire. La seule inconnue reste l'ampleur des dégâts, cette année comme les suivantes. Car il faut conserver en mémoire que "les engagements engagent", en particulier à la dépense.

 

Il faudra passer par une sévère cure de désintoxication. Si vous n'en étiez pas conscient, le 28 mars vous en serez persuadé. 

 

Au niveau de Poissy, il est difficillement imaginable d'augmenter encore une fois les recettes en faisant appel à la bourse des Pisciacais, au niveau national, le mouvement est d'ores et déjà lancé auprès de nos concitoyens. Il est évident qu'il faudra changer l'ensemble des paramètres, quel que soit le niveau, pour espérer vouloir s'en sortir par le haut.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 22:00

T'AS PAS 100... milliards ?

 

 

Les "100 balles" (un franc) c'est de l'histoire ancienne, définitivement, puisque le Franc, ancienne monnaie nationale, n'a plus cours depuis vendredi dernier.

 

Le Franc s'est transformé en Euro, monnaie unique qui a failli être "commune" si le choix avait été autre par un certain Balladur, premier ministre qui s'est révélé être faible pour ne pas dire "mou"... 

 

Plusieurs effets concrets à celà, après la découverte du "taux" de change à 6,5596 Francs pour un euro, qui a perturbé le fonctionnement des Français avec ce changement de repère un peu dur.

 

Dur a été le retour à la réalité, avec une inflation due dans un premier temps aux "arrondis" des distributeurs et vendeurs de tous poils. Au même moment, le blocage des salaires était assez majoritaire constaté suite à l'instauration des 35 heures qui ont accru le taux horaire de +10% grâce à une certaine Martine qui croyait que l'on pouvait décréter le partage du travail sans concertation patronale et sans conséquences économiques.

 

Le retour à la réalité est bien l'enjeu de ces prochains mois et années.

 

Quand les charges augmentent de manière inconsidérée, rapidement les classes populaires puis les classes moyennes en voient les effets, principalement sur leur compte bancaire : les mois deviennent de plus en plus difficiles, même si les chiffres sont 6,55956 fois plus petits.

 

Quand les uns trinquent, les autres, par exemple les élus pisciacais de gauche - au hasard, n'en ont cure avec l'augmentation sans précédent des taxes locales. Une superbe manière de "fêter" le passage à l'euro, peut-être, mais une action nécessaire pour arriver à combler la hausse monstrueuse des dépenses de fonctionnement de la ville.

 

7 millions, au bas mot ! 190 euros par Pisciacais en moyenne, bien mal répartis avec des hausses importantes, pour les "riches retraités". Ramené en Franc, on arrive à plus de ... 45 millions, presque 46, dépensés en plus chaque an par Poissy, dès 2010. Attendons d'avoir le réel de 2011, pour mieux "apprécier" l'écart depuis la nouvelle mandature.

 

 

Regardons un peu plus haut : voilà 130 milliards "prêtés" ce week end à nos amis grecs. La France y va de sa contribution, une nouvelle fois, pour 30 milliards, si j'ai bien lu. En francs, nous ne sommes pas loin des 200 milliards, donnés à la Grèce car il ne faut pas espérer se faire rembourser un jour ! Les naïfs, comptez-vous !

 

Sans compter les 500 milliards de déficits supplémentaires creusés en France depuis 2007. Le chiffre est donné en euros. En Franc, nous aurions 3280 milliards cumulés. Chiffres réellement  hallucinants ! 

 

Le passage à l'euro a décidemment fait perdre les répères à beaucoup de monde.

A moins que ce ne soit la tête !

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 22:00

DOB 2012, UNE DAUBE

RENDEZ L'ARGENT !

 

 

Le débat d'orientation budgétaire n'est - une nouvelle fois - qu'un grand exercice de style, politique pour certains sur l'aspect débat qui porte mal son nom, avec cependant une préfiguration des tendances économiques et financières de la ville.

 

Pour reprendre les termes, quelques peu tranchés de mon ami Richard Bertrand, avec lequel nous partageons le mandat de conseiller municipal de Poissy, le DOB est une "daube".

 

"Monsieur le Maire,

 

Avec ce projet de budget primitif 2012, enfin les choses et les chiffres s'éclairent, le brouillard savamment entretenu se dissipe.

 

Les chiffres d'abord :

 

En passant de 43.388.800 E en 2010, à réforme, à 44.093.550 E en 2011 à taux constant, nous n'avons qu'une augmentation des recettes  de taxes de +1,6% en sous-total (hors contributions de l'Etat), idem au total avec une progression de 45.394.475 E à 46.156.326 E.

 

Mais il vous en a fallu plus ! Au total, en 2011, nous constatons +11,48% en passant des 45.394.475 E à 50.606.896 E, soit +5,2 millions d'euros.

 

Comment les trouvons-nous ?

 

+1,99 millions en taxe d'habitation, soit +16,97%

+1,6 millions en taxe foncière, soit +17,62%

soit un total de 3,6 millions pris sur les particuliers

auxquels on ajoute

+1,27 millions d'euros en taxe locale entreprise CFE, soit +18,8%

pour un total de 4,9 millions.

 

Les autres produits s'équilibrant, c'est donc la sur-taxation des Pisciacais et des entreprises que vous avez basé votre politique fiscale et la constitution de votre budget de recettes.

 

Le prétexte dénoncé en son temps comme étant fallacieux de la politique gouvernementale se révèle au grand jour. Car chose curieuse, vous avez un excédent de +2,5 millions d'euros en 2011, 3 millions en 2012, mais il ne vous a pas empêché de contracter de nouveaux emprunts de 2,9 millions d'euros inscrits en 2011...!

 

En parallèle, le remboursement annuel des emprunts progresse de 1,286 à 1,485, soit 200.000 euros de plus. Tout le monde aura cependant constaté que l'emprunt progresse ainsi deux fois plus vite que le remboursement !

 

Sur cette lancée, la question est de savoir dans quel état seront les finances de la ville en 2014, d'autant que le poids de la masse salariale rate de peu la marche des 50% des dépenses de fonctionnement à plus de 71 millions d'euros ? 

 

La section d'investissement à 18,23 millions d'euros arrive péniblement à la moitié de cette masse salariable. La bonne nouvelle vient du budget de l'action économique qui, après plusieurs années consécutives à zéro, "explose" littéralement à 60 KE, soit 0,33% de l'investissement global ! Plus de 8 millions sont prélévés sur les entreprises, et seulement 60 KE sont "remis sur la table"...

 

Les choses ensuite :

 

Force est donc de constater que les masquent tombent ! Le vrai visage de la gestion socialiste se révèle au grand jour avec la confiscation du pouvoir d'achat de nos concitoyens.

 

Donc, Monsieur le Maire, pour le budget 2012, RENDEZ L'ARGENT en baissant les taux de taxes locales !

 

Les Pisciacais, qui voient désormais clair, vous en sauraient gré et reconnaissants."

 

Daniel Debus

Conseiller municipal

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche