Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 13:00

09 NOVEMBRE,

UN NOUVEAU DEPART

 

Cette année j’ai commémoré la mort du Général de Gaulle à… Lille. C'est là que se trouve sa maison natale, 9 rue Princesse.

 

Jusqu’à présent, aucun déplacement « traditionnel » à Colombey-les-deux-églises. Depuis quelques temps, j’y avais pensé, mais y aller serait plus l’occasion de porter un message de résistance et d’espoir, et non un ralliement à ceux qui viennent (pour certains feindre de) pleurer sur sa tombe.

 

Car parmi ceux-là, en suivant la politique nationale actuelle, il y en a qui foulent au pied la pensée gaulienne de rassemblement des Français et d’indépendance de la France. La récente actualité européenne le prouve une fois encore. La crise financière a vraiment bon dos pour museler le peuple, fut-il grec.

 

Comme la vie est un éternel renouvellement, j’ai donc préféré la maison natale du grand Charles à sa dernière demeure.

 

Pour un nouveau départ. Car se prétendre gaulliste est une chose, l'être en est une autre. Les "diplômes de gaullisme" n'existent pas, mais si c'était le cas, bien peu seraient donnés.

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:00
Le colloque de Poissy de 1561

L’histoire : 

Dans le royaume de France catholique, émerge la Réforme protestante, objet d‘une vive et longue répression. La reine Catherine de Médicis (1519-1589) est soucieuse de maintenir la paix en France. Elle accepte l’idée d’un Colloque interconfessionnel, au Prieuré Saint-Louis de Poissy du 9 au 26 septembre 1561, entre représentants du clergé et ministres du culte protestant. C’est un échec.

 

Elle comprend alors la nécessité de réunir une assemblée de magistrats et non plus de théologiens. Un pas en avant est accompli ! Paraît le premier édit de tolérance de l’Histoire de France : l’édit de Saint-Germain-en-Laye du 17 janvier 1562, marquant la reconnaissance officielle de la diversité religieuse. Il faudra attendre pourtant de longues décennies de guerres de Religion, puis de guerres civiles, pour que puisse enfin émerger, dans la lignée de l’édit de Nantes de 1598, le principe d’une véritable tolérance durable.

 

 

450 ans plus tard, le colloque intitulé « Le Colloque de Poissy de 2011. Au cœur de la laïcité : dialogue et tolérance » se tiendra au les 10 et 11 septembre 2011, au théâtre de Poissy.

 

L’exposition présentée au musée du Jouet de Poissy du 9 septembre 2011 au 1er juillet 2012, privilégie un parcours abondamment illustré permettant de retracer le contexte politique et religieux de cette première moitié du XVIe siècle, avant de s’intéresser au colloque de 1561, puis aux grandes étapes d’évolution de la tolérance religieuse et de la laïcité, jusqu’à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

 

La fin du parcours évoque la vie des communautés catholiques et protestantes aux XIXe et XXe siècles, dans le contexte particulier du territoire de Poissy. Outre la trentaine de gravures, dessins et tableaux, l’exposition réunit de nombreux manuscrits et imprimés issus des collections du musée d’Art et d’Histoire de Poissy ou émanant de prêteurs tels que la Bibliothèque nationale de France, la Société d’histoire du protestantisme français, le musée Jean Calvin de Noyon, ou bien encore de collectionneurs privés.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 20:00

Appel du 18 juin

un manque et un trop plein

 

 

Petite brève qui portera à sourire.

 

Ce matin, un léger décalage de la cérémonie s'est imposé au cimetière de la Tournelle, le temps de faire revenir les gerbes qui avaient toutes été livrées à la stèle du Général, au pied de l'Octroi...

 

A l'octroi, une demi-heure plus tard, la cérémonie au pied de la stèle a été interrompue par...la pub de la Mairie faite pour la Braderie, pub dont le trop plein d'intensité couvrait la voix du Maire qui disait au même moment - pure coïncidence - que l'appel du 18 juin avait eu du mal à se faire entendre. 

 

En 2011, à Poissy, les raisons n'étaient pas les mêmes qu'en 1940...

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 10:00

cloches.jpgPAQUES, RETOUR DES CLOCHES

 

 

Dans les jardins, les enfants trouvent au matin des œufs, cloches, poules, lapins, agneaux, poissons en chocolat...déposés mystérieusement dans la nuit par le lapin de Pâques. Ces confiseries ont remplacé les oeufs teints ou naturels, symboles universels de vie et d'éternité, que l'on s'échangeait ce jour là.

Cette fête est associée à la renaissance de la végétation et de la fécondité après la stérilité de l'hiver. Le "rire pascal" joyeux soulagement après l'hiver autorisé autrefois dans les églises, célèbre le retour de la fécondité. Grâce au passage par la mort (la "catharsis" ou purification, selon Aristote), le renouveau de la nature végétale et animale symbolise la victoire de la vie. Le printemps est sacralisé dans la plupart des religions. Ces mythes de renaissance rites de passage entre la mort et la vie, sont précédés de périodes de marge (deuil, ténèbres) : Osiris en Egypte, Orphée en Grèce, le dieu syrien Adonis ou phrygien Attis. Selon ce dernier mythe oriental, connu à Rome à partir de 204 avant J.C, la déesse Cybèle frappa de folie son amant infidèle, qui s'émascula, mourut et revînt à la vie.

 

Pâques, c’est aussi le jour du retour des cloches.

 

En France, c’est au maire de régler l’usage des cloches des églises dans l’intérêt de l’ordre et de la tranquillité publique, et de concilier l’exercice de ce pouvoir avec le respect de la liberté des cultes.
Il ne peut ainsi édicter des mesures d’interdiction à des jours et heures, qui auraient pour effet de supprimer les sonneries d’offices religieux, alors même qu’aucun motif tiré de la nécessité de maintenir l’ordre et la tranquillité publique ne peut être invoqué. Le maire pourrait en revanche prendre en compte les usages locaux pour décider de la fréquence des sonneries ainsi que de leur intensité.

 

En cas de nuisances sonores, la responsabilité de la commune peut être engagée si le maire s’abstient d’utiliser ses pouvoirs de police pour faire cesser les atteintes à la tranquillité publique. Une commune a ainsi été condamnée à indemniser le préjudice subi par des voisins d’une église du fait du trouble excessif causé par les sonneries de l’horloge installée dans le clocher.

 

Comme le tocsin au temps médiéval, les cloches des édifices servant à l’exercice public du culte peuvent être employées aux sonneries civiles dans les cas de péril commun exigeant un prompt secours (incendie, inondation…). Elles peuvent aussi être utilisées dans des circonstances particulières (par exemple lors de l’entrée du Président de la République dans la commune) ou prévu par les usages locaux, par exemple lors de fêtes locales ou d’élections.

 

Joyeuses Pâques !

Partager cet article
Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:00

liberte-femme-journee-internationale-2011.jpgJOURNEE DE LA FEMME 2011

 

 

Ou comment l'Europe "unisexe" fait progresser l'égalité à sa manière...

 

 

 

 

Petit rappel historique : C’est lors de la deuxième conférence internationale des femmes socialistes en 1910, que Clara Zetkin, une enseignante allemande (1857-1933), fit la proposition de créer la "Journée internationale de la femme", directement inspirée des manifestations ouvrières qui ont eu lieu en 1908 et en 1909 aux Etats-Unis. Il faudra toutefois attendre 1982, pour que le gouvernement de François Mitterrand instaure officiellement la journée de la femme en France.

 

Cependant, la cause féminine subit bien des aléas depuis cette époque. Ainsi, saisissant le prétexte d’une demande d’association belge, la cour européenne de justice a proclamé le principe de l’assurance unisexe !

 

Dans son arrêt du 1 mars 2011, la Cour Européenne de Justice considère que la latitude laissée aux Etats et aux systèmes nationaux d’assurance n’est plus conforme au Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne et donne une interprétation ubuesque de la Charte des droits Fondamentaux.

 

Les assureurs ont pour métier d’établir des « classes de risques » et de fixer leurs barèmes en conséquence.

 

Les conducteurs automobiles mâles, statistiquement, ont un taux d’accident significativement plus élevé que les femmes. C’est un fait : ainsi, en France, plus de 70% des accidentés morts au volant sont des hommes.

 

En matière d’assurance-vie, les femmes sont plus économes puisqu’elles vivent un peu plus longtemps. C’est peut-être regrettable dans la logique « unisexe » (terme utilisé par les magistrats européens), mais c’est un fait statistique.

 

La conséquence est que cette décision va entraîner  l’augmentation des tarifs d’assurances pour les voitures et l’assurance-vie au détriment des femmes, qui paieront donc encore plus cher la couverture de leurs risques à partir de 2012 !

 

Des rêveurs peuvent toujours croire que les hommes bénéficieront de l’assurance « unisexe », mais c’est ignorer le faible degré de concurrence dans le secteur ! Il y a même des grandes naïves comme la Commissaire européenne Viviane Reding qui vient de saluer cette décision comme « un grand jour pour l’égalité des femmes » ... 

 

Nouvelle victoire pour la logique d’Ubu au pays de l’UE dont l' « unisexité » est à sens unique : pas d’égalité réelle des salaires, des rémunérations, des carrières ou des retraites.

 

Dans le cas présent, là où il devait y avoir "progression", nous ne pouvons qu'y voir "régression".

 

Le combat continue.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche