Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 07:00

LA 208 PRODUITE A POISSY,

UN DEMI-SATISFECIT

 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le dossier, la production de la 208 sur le site de Poissy peut ressembler à une victoire. En regardant d'un peu plus près, la réalité n'est pas aussi glorieuse.

 

Tout d'abord, les modèles se suivent et ne se ressemblent pas : la 208 remplace le précédent, la 207. 

 

Ensuite, le modèle s'est embourgeoisé, mais pas ceux des concurrents : plusieurs centaines d'euros de différence à l'achat en concession, en défaveur de PSA. La production multi-sites (Brésil et Slovaquie) ne vient que pour compenser le coût horaire de production plus élevé sur le site pisciacais, pour avoir une meilleure moyenne globale, et aussi conserver l'image de voiture "française fabriquée en France".

 

C'est là que le bas blesse en fait : la 207 était produite en plus grande proportion en France qu'ailleurs, notamment grâce à l'exclusivité de production de la version break "SW" à Poissy. Maintenant avec la 208, le groupe PSA a annoncé le rééquilibrage à 50/50 France/étranger, ce qui laisse penser qu'il n'hésitera pas à favoriser les lignes installées dans les pays où le taux horaire est le moins élevé si le succès du véhicule grandissait.

 

Heureusement que la DS3 a remplacé avantageusement les faibles quantités de la 1007. Même si les 6.000 salariés actuels sont loin des 20.000 du passé, ne baissons pas la garde pour conserver l'emploi par "chez nous". De nombreux collègues vont nous quitter parce ce PSA a décidé d'arrêter leur mission. Nous regrettons beaucoup cette mise au pied du mur parce que nous faisions un même corps et un même esprit au service de l'entreprise pour améliorer son savoir faire et la maîtrise des technologies sans cesse en évolution.

 

Les salariés resteront vigilants pour que ces savoirs ne soient pas bradés à l'étranger, car nous devons conserver le coeur du métier pour nous préserver des tentations si grandes de faire faire "ailleurs".

 

PSA-man, au nom de tous ses collègues de l'automobile

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 08:00

PSA précise son plan

 

C'est aujourd'hui que le groupe PSA dévoilera son plan de départs annoncé depuis quelques semaines.

 

Sur les 6500 postes en balance, 5300 devraient concerner la France.

 

Certains ont joué à se faire peur, en s'inquiétant de la fermeture de sites français, parmi lequel aurait figuré celui de Poissy. Pour ceux qui ne le sauraient pas, Poissy dispose d'installations industrielles multiples dont celles de ferrage (découpe et formage de tôles) assez fortement automatisées, ce qui lui donne un avantage certain.

 

Le remplacement de la production de la 207 par celle de la 208 provient de celui-ci. Si la suppression d'emplois (directs mais surtout induits, chez les sous-traitants) reste toujours une mauvaise nouvelle, le groupe PSA a jusqu'à présent su montrer sa bonne gestion des départs.

 

Il n'y a pas de raison qu'il modifie sa pratique. Encore moins dans le contexte actuel de crise qui a été apréhendée et anticipée de façon beaucoup plus en amont, avec une maturité issue du retour d'expérience de 2008.

 

Reste à connaitre l'impact exact et le délai de mise en œuvre des décisions qui vont être annoncées ce jour.

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 18:00

 

COUP DE TONNERRE A GEFCO

 

Réunie très récemment en CCE (Comité Central d’Entreprise) à Courbevoie, la Direction du groupe GEFCO a annoncé la fermeture de l’usine pisciacaise, filiale de PSA. 115 postes sont en jeu, avec reclassement potentiel dans le groupe. Les mesures de sauvegarde d'emplois, de reclassement et d’accompagnement seront présentées au Comité d’Etablissement pisciacais dans les jours et semaines à venir.

 

Depuis fin 2008, la situation de l’activité automobile en Europe de l'Ouest n’était pas redevenue florissante, France y compris. La prime à la casse avait tout juste permis de maintenir la tête hors de l’eau les constructeurs et équipementiers. La hausse des « coûts matières », mondialisés, a continué à pénaliser les entreprises qui n’ont pas pu les répercuter en partie ou en totalité sur les prix clients (industriels) et dans concessions, concurrence entre constructeurs oblige.

 

La fermeture du site serait prévue d’ici fin d’année.

 

Pour cette fois, nous ne pourrons pas mettre sur le dos de notre Maire malgré son zéro euro de budget pour le développement économique pisciacais…

 

Mais au vu des circonstances, peut-être faudrait-il le revoir ?

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 07:00

CTP - CT prévu

ou plutôt annoncé par François FILLON le 28 mai lors de sa visite à Poissy

 

Ouverture du CTP aux intérimaires et CDD : 900 bénéficiaires en cours de sélection

Poissy et son bassin d'emploi est concerné 

 

Environ 900 intérimaires ou salariés en fin de CDD sont en fin de process de sélection fin juin/début juillet pour bénéficier d'un contrat de transition professionnelle (CTP), normalement réservé aux licenciés économiques, selon l'information donnée par les services du secrétariat d'Etat à l'Emploi.

 

Limite de 100 à 150 personnes par bassin d'emploi

 

L'expérience est limitée pour des raisons de coût. Six bassins d'emploi sont concernés : Poissy (Yvelines), Douai (Nord), Mulhouse (Haut-Rhin), Vallée d'Avre (Eure et Eure-et-Loir), Montbéliard (Doubs) et Saint-Dié (Vosges), à raison de 100 à 150 personnes par bassin.

 

Les intérimaires et les CDD ont été frappés de manière historique par la crise, mais n'ont en principe pas droit aux mesures de reconversion comme le CTP ou la Convention de reclassement personnalisé (CRP).

 

Ouvert jusqu'à présent aux seuls licenciés économiques, le bénéficiaire du CTP permet d'être accompagné voire formé pour essayer de décrocher un nouvel emploi tout en percevant 80% de son ancien salaire brut pendant un an.

 

Les CDD et intérimaires n'auront cependant pas la même sécurité financière. En effet, l'intérimaire ou le CDD en contrat de transition professionnelle ne touchera pas 80% de son ancien salaire, mais percevra ses allocations chômage en fonction des droits acquis.

 

Le gouvernement a décidé de sélectionner les personnes relativement peu qualifiées, et ayant acquis un droit minimum de six mois à l'assurance chômage. C'est un effort nécessaire pour cette catégorie de personnes, mais évidemment, les autres risquent d'en prendre ombrage par cette différence de traitement. Car la période actuelle touche toutes les catégories, sans trop de distinction. Le soutien de moyens et surtout psychologique ne doit pas être l'apanage de quelques uns face au désarroi de la situation plus souvent subie que choisie (comme les départs volontaires, conventionnels ou non).

 

Les premières entrées en formation sont prévues en septembre, selon le calendrier gouvernemental.

 

Cette extension aux intérimaires et aux CDD, premières victimes de la chute de l'activité économique, était réclamée par les partenaires sociaux et après l'annonce du 28 mai 2010 faite par le Premier Ministre François FILLON lors de sa visite du Pôle Emploi de Poissy, elle est entrée en vigueur courant juillet. Elle fera l'objet d'une évaluation d'ici un an. Reste à savoir quel critère sera mis en avant pour son éventuelle prolongation voire son extension.

 

Le CTP existe actuellement dans 30 bassins d'emploi en crise et concerne environ 15.000 personnes. Il demande plus de moyens qu'une prise en charge par Pôle emploi et prévoit notamment un entretien hebdomadaire, avec un référent dédié pour 30 personnes.

 

A noter qu'il existe deux dispositifs de reconversion professionnelle à destination des personnes subissant un licenciement économique.
Le Contrat de Transition Professionnelle (CTP) applicable actuellement sur 30 bassins d’emplois  et la Convention de Reclassement Personnalisé (CRP)qui s’applique dans les autres bassins d’emplois.
Ces contrats sont destinés à favoriser le reclassement externe et doivent être obligatoirement proposés aux salariés.

 

Le CTP (Contrat de Transition Professionnel) a été créé en avril 2006 et a été testé dans 7 bassins d'emploi sinistrés. Ce dispositif est réservé aux salariés des entreprises mises en liquidation ou redressement judiciaire comptant moins de 1.000 salariés.

 

L'arrêté du 4 juin 2009 a intégré le bassin d'emploi de Poissy dans la liste des bénéficiaires du CTP. 

 

 

------------------------- Plus d'informations sur le CTP :

 

A qui est-il destiné ?


Le contrat de transition professionnelle (CTP) concerne les salariés licenciés pour motif économique dans les entreprises de moins de 1 000 salariés et dans celles en redressement ou liquidation judiciaire.


Tout salarié licencié économique entrant dans ces conditions, a la possibilité d’opter pour un CTP. Ce contrat est signé entre le salarié, l’ex-employeur et Pôle Emploi. Aucune condition d’ancienneté dans l’entreprise ou de droits ouverts aux allocations d’assurance chômage n’est exigée du salarié pour qu’il puisse bénéficier du CTP.


Le CTP est actuellement déployé sur 30 bassins d’emploi : Auxerre, Calais, Charleville-Mézières, Châtellerault, Chateauroux, Douai, Dreux, L’Etang de Berre, Hagetmau, La vallée de l’Arve, Le Havre, Montbéliard, Morlaix, Mulhouse, Niort, Poissy-les Mureaux,  Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Quentin, Toulon, Valenciennes, Vitré,Thiers, le bassin de Fumel, Saint-Etienne,Houillier-Briey, Colmar, d'Orange-Carpentras, de Saint-Brieuc – Loudéac, de la Vallée de la Maurienne et de la Marne moyenne.


A quoi donne-t-il droit ?


Le CTP est signé pour une période maximum de 12 mois. Le bénéficiaire perçoit une « allocation de transition professionnelle » égale à 80 % du salaire brut (soit quasiment 100% du net) moyen perçu au cours des 12 mois précédant la conclusion, et suit des périodes de formation.


Le CTP permet de reprendre un travail rémunéré sur une courte période sans perdre le droit au dispositif.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 07:00

Blues de...

 

Article modifié suite à commentaires de certains internautes, me signalant que la personne n'est pas une personne publique - à juste titre, même si elle est bien connue, d'où modification et anonymisation.

  

Qu'est-il passé par la tête de cet ancien employé de la Mairie lorsqu'il a été réintégré, sauf erreur de ma part, dans les effectifs le 05 juillet dernier ?

 

Réintégré ? Oui, car il avait été remercié de son poste à responsabilité quelques mois après le changement de majorité et ce malgré ses années d'ancienneté, de bons et loyaux services envers la ville.

 

Quelqu'un aurait-il eu le blues de lui au point de le faire revenir ? Non, en fait, il avait contesté son licenciement et visiblement il a fini par gagner le contentieux. D'où son retour.

 

Nous voilà avec quelqu'un de plus dans les effectifs de la ville... On y était un peu habitué, me direz-vous...

 

Mais la particularité, assez singulière, est qu'il y a désormais deux personnes pour un même poste, puisqu'il avait été remplacé après son départ fin 2008.

 

La question consisterait plutôt à savoir comment cette situation va être gérée dans le temps ?

Le mieux possible, n'en doutons pas...! Histoire de rester optimiste. Toutefois il s'agira de rester vigilant à ce que cette personne retrouve sa place pleine et entière au sein de son service.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche