Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 08:00
À quoi joue Maxime Legrand, à Poissy ?
À quoi joue Maxime Legrand, à Poissy ?
À quoi joue Maxime Legrand, à Poissy ?

Après notre article d’hier au sujet de notre députée prise dans la spirale médiatique, nous étions loin de nous douter de l’ampleur et de la forme que cela allait prendre.

Florence Granjus indiquait le jour même qu’elle allait porter plainte pour diffamation publique, nous étions portés à croire que les articles de l’EXPRESS et de CAPITAL pouvaient être mis en cause, sans grande conviction toutefois.

Les autres commentaires, en particulier des intéressés mis en cause, ne faisaient que commenter ou confirmer les accusations, sans autre intérêt que répéter ce qui avait déjà été porté à l’attention du public par les journaux, locaux et nationaux.

Nous nous étonnions par ailleurs de la mise en lumière et en avant des protagonistes, ex-assistants parlementaires, qui œuvrent par ailleurs au sein d’un collectif citoyen local, et de ces coïncidences de révélations et mise sur place publique de ces « bruits de casseroles qui bruissent en cuisine ».

Le bruissement passait à un autre niveau sonore.

La politique fut-elle locale rend parfois fou et voilà que nous découvrons les commentaires systématiques et très répétitifs sur les réseaux sociaux de l’opposant municipal Maxime Legrand, celui-là même qui est en bon terme avec un « pilier » de l’équipe majoritaire, étiqueté LREM...

La liberté de parole et d’expression existe en France, mais la nature de ces commentaires, finalement très affirmative (même sous forme de question) pour une affaire qui n’a pas encore été jugée, nous apparaît comme très déplacée, d’autant plus que le commentaire apparaît sur la plupart des dernières publications de la députée.

D’où le titre de cet article.

Le respect du principe juridique de présomption d’innocence - sauf preuve du contraire et prononciation de condamnation - n’apparaît pas de manière « évidente » dans les propos de l’élu, pour ne pas dire autre chose.

Même à supposer que - d’un côté comme de l’autre - il y ait faute ou arrangement avec la réalité ou vérité, aucun ne mérite cet acharnement, qui plus est sans décision judiciaire. Est-ce bien utile voire judicieux pour la sérénité des débats ?

À ce stade, cela pourrait ressembler à de la persécution diffamatoire alors même qu’il n’a aucun lien direct avec cette affaire en tant que protagoniste ou plaignant.

Dans cet esprit républicain, nous déplorons ces pratiques et exprimons notre solidarité à l’attention de Florence Granjus qui doit être respectée et considérée innocente jusqu’à une éventuelle et hypothétique condamnation.

C’est une position de principe à prendre qui le grandirait même s’il y avait une sympathie pour le camp adverse, ce qui n’est même pas son cas puisque seul semble l’intéresser, à notre avis, la mise en défaut de la députée...

Ultime question : est-ce bien à la hauteur d’un ancien candidat à la candidature présidentielle (PS) qui aspirait aux plus hautes charges de l’Etat ? La réponse est quasiment dans la question...

À quoi joue Maxime Legrand, à Poissy ?
Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 09:00
La députée Granjus plongée dans la spirale médiatique à Poissy

Florence Granjus est la nouvelle députée LREM de la douzième circonscription des Yvelines, élue en juin 2017 grâce à la vague qui a permis au Président Macron d’obtenir une large majorité à l’assemblée nationale.

Ancienne Cadre de direction de Pôle emploi, cette professionnelle expérimentée s’est adjointe les services d’assistants parlementaires dont son suppléant.

Au bout de quelques mois, il y a eu « de l’eau dans le gaz » entre elle et une partie de ces derniers, à tel point qu’elle a décidé de s’en séparer.

Les conditions et motifs de départ font l’objet de polémiques y compris via médias interposés, avec un premier article dans la presse locale en 2018 évoquant de manière plus précise le sujet. Dernièrement, c’est l’EXPRESS qui s’est fendu d’un article à retentissement plus important, passant désormais au niveau national le sujet en question.

Dernièrement, le magazine CAPITAL rebondit sur l’affaire avec un article intégrant le témoignage d’une cadre de Pôle Emploi qui aurait subi les pratiques de Florence Granjus alors qu’elle était sous sa responsabilité.

Dans les réseaux sociaux sont venus s’ajouter au débat ses deux anciens collaborateurs qui ont été mis sous les feux de la rampe par la force des choses, avec une liberté de parole simple mais efficace.

Si nous laissons la justice, prud’homale dans un premier temps, suivre son cours, nous sommes toutefois amenés à nous poser quelques questions.

Le développement du collectif « Poissy demain » initié par les deux ex-collaborateurs serait-il à l’origine de la médiatisation du contentieux avec la députée ?

Positionné comme un probable concurrent aux prochaines municipales de 2020, il est à relever que dans une communication courte mais sans trop d’ambages à leur égard en terme de ton, le maire de Poissy ait évoqué « les bruits de casseroles » qu’il semble connaître. Quel niveau d’information a-t-il et à quel titre et dans quelles conditions ? La proximité devinée voire ouvertement affichée entre certains cadres LR et élus locaux avec LREM pourrait être une explication de la « fluidité » d’information.

En tout cas la mise en lumière de la députée pourrait faire croire qu’il s’agit de l’effet de l’arroseur arrosé dans un jeu trouble et troublant, qui dans notre monde médiatique de communication à outrance, a une tendance à devenir une spirale infernale, particulièrement lorsqu’il s’agit de postes de pouvoir pour lesquels l’altération de la vérité peut vite devenir rédhibitoire lorsqu’elle est prouvée.

Affaire à suivre !

Partager cet article
Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 12:00
Vivre ensemble : à Poissy, des quartiers qui étaient stigmatisés sont aujourd'hui pris en exemple ?

Sur Europe 1, et précédemment sur une chaîne TV d’information continue, notre premier édile s’attache à mettre en avant l’exemple pour ne pas dire la réussite de la ville de Poissy, comprenez la sienne, sur la politique municipale mise en œuvre au sein des quartiers...

Qu’en est-il réellement ?

La mise en place de l’Ecole du Web peut être saluée, elle donne une ouverture sur les perspectives de l’emploi presque garanties s’agissant de compétences dites « en tension » sur le marché du travail. Elle reste néanmoins une initiative privée.

On ne peut que s’en féliciter, tout comme l’attribution d’un nouveau véhicule à produire sur les lignes de l’usine PSA de Poissy pour laquelle « le travail d’équipe paie » vanté nous avait laissé plus que septiques quant aux capacités d’influence municipale sur une Direction Générale d’un grand groupe international pour le choix de renouvellement de modèle et version pour charger un site de production.

Les associations locales, y compris cultuelles et de dialogue interreligieux, constituent une des richesses du territoire français et communal, dont la création palie souvent un déficit d’action publique aussi volontariste qu’elle puisse être, et ce malgré la présence d’une structure municipalisée comme le centre André Malraux sur le plateau de Beauregard.

S’enorgueillir de leur présence est une chose, vouloir s’en glorifier en est une autre.

Les médias attirent et développent une forme de surenchère d’expression publique à l’image des affirmations de notre maire sur ses prétendues actions faisant de la cité de Saint-Louis un paradis de la #démocratielocale, affirmations au sujet desquelles nous avons déjà eu l’occasion d’exprimer notre étonnement dans ce blog, y compris sur la sauvegarde du pouvoir d’achat.

Nous ne pouvons donc que renouveler nos suggestions de mesure dans les propos et mises en avant personnelles, qui pourraient finir par friser le ridicule et être utilisés à bon escient par un concurrent à la course de la prochaine mandature municipale, concurrent qui finirait par rompre le charme de la bonne fée Pisciacaise.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 08:00
Poissy, le bazar politique local

La situation politique apparaît de moins en moins claire à Poissy, pour le moment en tout cas.

Entre les contacts, visites respectives de ministres, voilà que le mélange local entre #LR et #LREM s’intensifie dans la ville de Saint-Louis.

En effet, un des assistants parlementaires de la députée LREM, Florence GRANJUS, a participé au lancement de la campagne aux municipales 2020 du maire actuel étiqueté LR. Découvert au détour d’une photo, les réseaux sociaux ont fait le reste...

Après le départ logique des MoDem du conseil avec leurs nouvelles responsabilités dans le sillage de LREM (Michèle de Vaucouleurs élue députée, Michel Dupart engagé comme assistant parlementaire du Sénateur LREM Martin Lévrier), on apprenait via les réseaux sociaux qu’une élue majoritaire - « un pilier » de l’équipe actuelle - était devenue LREM et avait même le soutien d’un conseiller d’opposition PS, passé visiblement à LREM lui aussi.

Les gens font ce qu’ils veulent, mais ce serait bien d’avoir une mise à jour des intéressés car beaucoup de Pisciacais ont du mal à s’y retrouver...

C’est même un peu le bazar...mais pas tant que cela à bien réfléchir.

Le clivage politique va s’éclaircir à la suite des Européennes, avec un basculement probable de beaucoup de LR vers LREM marquant une dernière étape de la recomposition politique en France.

Cette orientation serait logiquement prise afin de pouvoir se trouver dans le duo de tête d’un prochain épisode électif à deux tours.

Les résultats seront donc scrutés avec intérêt, à Poissy comme ailleurs.

Les choix - entendez rapprochements - se feront dans la foulée pour arriver à se retrouver dans ce duo de tête.

Au vu de l’absence de réponse - claire ou tout court - nous en faisons le pari.

Poissy, le bazar politique local
Poissy, le bazar politique local
Partager cet article
Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 12:00

EXCLUSIVITÉ POISSYSCOPE du Lundi 1er avril 2019

Plusieurs sources contradictoires mais convergentes nous permettent d’annoncer la future nomination de Karl OLIVE en tant que Ministre des sports lors du prochain remaniement gouvernemental qui aura lieu dans la foulée des élections européennes.

En effet, l’édile pisciacais avait marqué l’esprit présidentiel le 07 décembre dernier, lors de sa venue à l’Elysée en compagnie de ses amis et collègues de « Génération Terrain », l’enjoignant à revoir sa méthode et sa communication.

A cette occasion, avec sa désormais célèbre formule, dont il a un sens particulièrement aigu et qui est en passe de devenir culte, « arrêtez de faire le Micron, vous êtes Macron » qui avait réussi à rebooster le moral du Président de la République, ses conseils ont fini par avoir plus qu’un écho mais une réelle résonance chez le chef de l’Etat.

Une véritable « Renaissance » même, puisque c’est Karl OLIVE qui lui a soufflé le nom de la liste En Marche aux Européennes !

Il a, à cette occasion, même réussi à influer sur le choix de la tête de liste, en conseillant de prendre quelqu’un qui pourra prendre son envol, mais sans lui faire de l’ombre, tout en lui permettant d’attirer beaucoup de monde d’un tire-d’ailes avec quelques formules bien marquées qui vont bientôt être assénées par cette tête de liste, Mme LOISEAU, lors des prochains débats télévisuels, comme « ne soyez pas les pigeons de l’Union Européenne » et « nous allons voler dans les plumes de Mme Merkel » entre autres.

Ses conseils ne se sont pas arrêtés là puisqu’il lui a soufflé d’être beaucoup plus proche du terrain, en prônant sa méthode qui fera date, dénommée « La Pisciacaise », mêlant proximité et sport : contact direct et faire courir les concitoyens. C’est ainsi que les réunions sans fin (ou presque) du Grand débat ont été organisées avec les maires, ces grands enfants qui ont besoin d’être rassurés, sans oublier les plus jeunes, ce qui fut fait avec succès à plusieurs reprises durant ces trois derniers mois.

Cette méthode, éprouvée sur le terrain à POISSY, permet de prendre le temps de réflexion et est déclinable à l’envi : en courant, le cerveau permet de s’aérer et d’aller à l’essentiel pour prendre des décisions.

Plusieurs conseillers municipaux ne s’y sont pas trompés et participent activement à (la préparation de) La Pisciacaise tous les samedis matin, quitte à seulement marcher pour les plus âgés, pour accompagner les prises de décisions municipales, pour près de trois quart d’entre elles, les autres étant soumises au Conseil municipal mensuellement.

Le président de la République a fait siennes les pratiques pisciacaises en demandant de faire sept fois le tour du pâté de maison à ses conseillers avant de lui présenter des réponses, préconisations et solutions. La méthode a été jugée très efficace puisqu’elle a permis de faire le tri parmi ces derniers. C’est l’explication bien plus plausible par rapport aux diverses rumeurs que des mauvaises langues journalistiques ont pu distiller dernièrement avec le départ de certains.

Les bienfaits du sport ne s’arrêtent pas là. Comme expérimenté également à Poissy, l’exercice physique a un effet bénéfique sur la santé et fait baisser le nombre et la durée des arrêts de travail.

C’est ainsi que les conseils donnés en matière de sport auront un impact favorable sur les comptes de l’Etat et de la Sécurité Sociale, qui permettront de revenir à l’équilibre avec une baisse de dix pour cent des arrêts de travail et passer en positif au-delà de ce seuil. Gerald Darmanin ne s’y est d’ailleurs pas trompé et est venu en personne à Poissy pour prendre les idées afin d’améliorer le budget de l’Etat dont il a la charge. Même Christophe Castaner , le ministre de l’intérieur, en aurait finalement pris de la graine pour mieux gérer les manifestations des Gilets Jaunes en préconisant aux forces de l’ordre de « faire bouger tout ce monde », y compris à leur tête en visant le préfet de Police en lieu et place de celle des manifestants...

Il aura fallu un dernier et ultime signe pour convaincre le Président de la République, celui de briser le statuquo quitte à faire tomber ce qui emprisonne les français dans le déni du futur en se complaisant dans le passé. Karl OLIVE lui aurait soufflé de « briser le mur de l’enfermement présidentiel » mais devant le doute, il lui avait assuré que dans les 100 premiers jours de 2019, il lui sera donné un signe majeur, « plus fort que les trompettes de Jéricho ». Le signe a donc été donné, au cœur même de Poissy, la semaine dernière en faisant tomber le mur de sa Centrale...

C’est dans ce contexte, sans oublier les déclarations faites sur les plateaux de télévision, en particulier celle du 13 décembre 2018, qu’Emmanuel Macron a décidé de s’adjoindre les services de Karl OLIVE, citoyen et élu exemplaire au service de son pays, en le nommant prochainement Ministre des sports, via son premier ministre.

Sans attendre sa prochaine nomination, il a d’ores et déjà contacté David DOUILLET en lui demandant « tatami où la clef du tiroir gauche de ton bureau au ministère ? » (tiroir dans lequel tous les dossiers stratégiques avaient été rangés mais qu’aucun ministre des sports n’a réussi à ouvrir depuis son départ du gouvernement en 2012). Ce dernier aurait indiqué que « il n’y a que toi Karl qui a su me parler pour comprendre ce que tu voulais que je comprenne » au moment où il a retiré de son cou le collier avec la clef que tout le monde cherchait depuis presque sept ans déjà...

Voilà qui annonce donc les meilleures conditions de réussite des actions que nous avons hâte de voir s’engager.

Nous profitons de ce premier jour d’avril 2019 pour saluer notre premier édile et lui dire à quel point tous les pisciacais l’apprécient et qu’ils attendent de le voir dans son nouveau rôle dont il s’acquittera avec brio voire panache comme à Poissy. Certains veulent même voter en nombre LFI ou RN aux Européennes pour être sûr que le remaniement gouvernemental se fera sans tarder, dès le lendemain du résultat des urnes, pour précipiter une grande coalition LR-LREM-Modem.

Laissons le mot de la fin à un anonyme qui nous a été rapporté « en trois mois, il a obtenu ce que son prédécesseur n’a pas obtenu en trente ans de combat politique », confirmant sa bonne étoile qui n’est pas prête de s’arrêter de briller...

ET POUR FINIR

En cette journée toute particulière, nous souhaitons à tous et à toutes un joli poisson d’avril, qui - nous l’espérons - aura permis de vous apporter un brin de sourire. Toute information évoquée dans ce post n’en est pas une, même si beaucoup d’entre vous ont probablement le même sentiment que nous que « quelque chose se trame » à POISSY... l’avenir le dira.

Karl OLIVE, bientôt nommé Ministre des sports
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche