Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:00

monnaieTAXES ET DETAXES,

A QUAND LE REVEIL ?

 

 

 

 


Nous assistons à une véritable avalanche de projets et de réalisations depuis les présidentielles de mai. Et tout autant de conservatisme, de rétropédalage, ajoutant confusion voire colère des Français, électorat compris.

 

 

Ainsi, la proposition de loi visant à obliger un patron à céder son entreprise viable qu'il voudrait fermer n’est pas inscrite à l’agenda parlementaire (« trop chargé » parait-il). Pourtant, notre ministre, redresseur productif, avait promis son vote « avant 3 mois ». Le changement c’est maintenant, mais pas tout de suite…

 

Elle ne fait que précéder l’affaire du TSCG que notre nouveau Président a dit qu'il ne ferait pas avaliser sans l'avoir renégocié. Le traité européen proposé n’est ni plus ni moins le trop fameux traité « Merkozy ».

 

S’ajoute désormais le recul par rapport à la taxation des plus-values lors de la vente d’entreprises. Pourtant déjà en son temps, Martine AUBRY fustigeait "La niche Copé : 22 milliards d'euros ont été dépensés pour baisser les impôts des sociétés qui se séparent de leurs filiales ! C'est un incroyable gâchis." dans un entretien au quotidien La Tribune, le 5 septembre 2011. 

Jean-François COPE par ailleurs avocat fiscaliste, était alors ministre délégué au budget. Sous prétexte dehandicap de compétitivité, pour la France, dans la compétition fiscale qui sévit entre grands pays industrialisés" le texte est adopté le 22 décembre 2004.

Un rapport émanant du socialiste Michel Charzat avait proposé peu ou prou la même chose en 2001, en faisant le même constat qu'il était difficile d'empêcher une holding de s’installer dans un pays voisin à la fiscalité plus clémente.

 

Il s’agit donc de revoir entièrement la fiscalité en France, pour éviter les ajustements cloisonnés, « cas par cas », qui alourdissent la taxation de manière considérables pour la Classe Moyenne, chacun dans son coin.

 

L’illustration locale est faite par le +15% décidée par le Conseil Général des Yvelines en 2010, et le +15% décidé par le Conseil municipal de Poissy en 2011.

 

Pris « cas par cas », cela ne pèse beaucoup comme s’en est targué Frédérik BERNARD en séance, mais le tout cumulé, taxes après taxes, celui finit par faire un peu trop. Les petits ruisseaux font les grands fleuves. La Seine n’est pas loin…

 

Espérons que la taxation qui consisterait à additionner un "loyer fictif" à sa déclaration d'impôt ne voit pas le jour, même si "cela existe déjà dans d'autres pays", taxation qui minimiserait l'intérêt d'être propriétaire, avec un retour à une forme de servage qui ne porterait pas son nom.


A quand la grande réforme fiscale ? La fiscalité doit redevenir un outil de progrès et d’incitation au développement. A abandonner son pouvoir budgétaire à des personnes non-élues, loin du Peuple de France, quels moyens auraient un Gouvernement sans le libre-arbitre qui lui permettrait de piloter son développement économique ?

 

Alors à quand la fin de la politique de la porte ouverte au nom de la sacro-sainte concurrence ? A quand la taxation protectrice sur l'importation des produits « low-cost » qui laminent des pans entiers de notre industrie, confrontée aux sous-évaluations des monnaies mondiales par rapport à l’Euro (ou la sur-évaluation de ce dernier) et de l’emploi d’esclaves, véritables soutiers de la mondialisation triomphante, par des tricheurs économiques ?

 

Car parler de compétitivité française est une chose, la rendre effective en est une autre. Faut-il attendre une « autorisation » européenne ? Faudra-t-il attendre d’être dans une situation « à la grecque » ou à l’espagnole (et ses 20% de taux de chômage) avant de se réveiller ?

 

Au lieu de taxer plus pour gagner moins (...), il faudrait engager une large réflexion, donner un axe et un signe fort pour revenir à la croissance durant cette mandature. Le nombre grandissant de chômeurs et de fermeture d'usines devraient créer l'électrochoc. La remise au travail du million de chomeurs supplémentaire depuis dix ans permettrait à lui seul de combler les déficits sociaux et même réduire les taxes et cotisations.

 

La facilité de taxer plus ceux qui ne chôment pas a été prise pour le moment, mais pour combien de temps ? 

 

Dans le chemin qui a été pris, nous sommes de plus en plus nombreux à craindre une réaction populaire aussi bruptale qu'inattendue, faisant le lit des extrêmes. Ajourd'hui, la réaction ne sera inattendue que par ceux qui portent encore des oeillères sur la situation réelle du pays. Cette réalité c'est celle de ses habitants confrontés au chômage de masse qui est généré par les délocalisations qu'ils subissent jour après jour.

 

A ne pas vouloir voir la réalisté en face, le réveil sera d'autant plus dur, à droite comme à gauche. 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 22:00

 

assemblee-nationale.jpg

TSCG : David Douillet,

nouveau gardien de musée

 

 


Jean-Marc Ayrault a livré ce mardi un plaidoyer en faveur de la ratification du traité budgétaire européen, traité qui ne serait accompagné, selon lui, d'aucun abandon de souveraineté. Il contiendrait même des "avancées sur la croissance négociées par la France".

 

L'Assemblée nationale a examiné ce texte le lendemain, mercredi, texte qui sera soumis au vote des députés le 9 octobre, avant de passer devant le Sénat.

 

Plusieurs orateurs ont souligné que le traité budgétaire, que François Hollande avait promis de "renégocier", était le même "à la virgule près" que celui signé en mars par Nicolas Sarkozy.

 

Avec le TSCG, les députés vont devenir des gardiens de musée

 

Parmi les députés qui s’opposent au TSCG, il y a ceux de la droite populaire comme Lionnel Lucas, Jacques Myard, Patrick Labaune, Jean-Pierre Decool et Philippe Meunier, des non-inscrits comme Véronique Besse et François-Xavier Villain, ainsi que Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout-La-République, initiateur d'un geste symbolique d’opposition au traité européen le jour même de sa présentation par Jean-Marc Ayrault dans l’hémicycle. 

 

En effet, accompagné de plusieurs députés souverainistes, Nicolas Dupont-Aignan a inauguré mardi 2 octobre une plaque devant l’Assemblée nationale sur laquelle était inscrit "Ici les députés ont siégé et voté librement le budget de la nation jusqu’à la mise sous tutelle de la Commission européenne". "Les députés vont devenir des gardiens de musées" a-t-il  regretté devant la presse. Lionnel Lucas évoque la "dépossession des droits du Parlement" et ironise sur le "test d’ophtalmologie" que représente pour lui le traité "écrit en tout petit".

 

Le député de la 12ème circonscription des Yvelines, "notre" député, votera probablement "pour", en droite lignée et en cohérence avec ses sponsors de l'UMP favorables au traité.

 

Puisqu'il ne sera pas candidat à la mairie de Poissy en 2014 (trop politisé pour un ancien sportif...), il faudrait lui trouver une activité saine et bien payée (comme un député...). Une reconversion en vue : gardien de musée à l'Assemblée Nationale...!?!?

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:00



Ce dimanche ensoleillé a été un peu mitigé. Assez peu d'activité sur le marché, tous les emplacements n'étaient pas occupés. Cette inoccupation n'explique pas a elle seule la baisse de fréquentation.

Par contre, aux abords du marché, l'activité militante était au rendez-vous, doublement. La première installée était celle de la pétition pour la défense de l'hôpital intercommunal de Poissy- Saint Germain en Laye. La seconde était celle de la pétition pour l'appel au référendum concernant le traité budgétaire européen, lancée par Debout-La-République.

Dans les deux cas, on se rend compte du faible niveau d'information de nos concitoyens. Pour l'hôpital, peu connaissent l'état de délabrement de notre service public, et le glissement vers le Privé. Pour le traité européen, il en est de même pour la constitution budgétaire nationale qui sera it remise dans les mains européennes, perdant au passage un grand bout de notre indépendance nationale. La première a été signée par Daniel DEBUS, conseiller municipal de Poissy, et Karl OLIVE, conseiller général UMP de Poissy-Sud. La seconde pétition n'aura eu que la signature du premier.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 14:00

PUTAIN, DEUX ANS !

Leitmotiv de la campagne 1995, par les Guignols de l'info, il est fort à parier qu'il sera remis au goût du jour après l'intervention de François Hollande dimanche soir.

 

Deux, oui deux ans pour redresser la France. Programme ambitieux ! Quel programme au fait ? Taxes, impôts, tranche d'impôts supplémentaire définie à 45%... Que du bonheur en vue !

 

Et ce n'est pas la surtaxe de 75% des plus d'un millions d'euros de revenu qui vont nous consoler. La plupart ont déjà transféré leurs avoirs ailleurs et vont passer plus de 6 mois à l'étranger, histoire de se de fiscaliser au-delà de la nouvelle limite des 10.000 euros de déduction fiscale.

L'échéance est donc fixée pour 2014. C'est un jeu dangereux car plusieurs élections sont programmées : européennes, sénatoriales, mais aussi municipales.

Municipales ? Putain, encore deux ans !

Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 20:00

Quand un jour, enfant, je disais à mon père que je voulais être comme le grand Monsieur qui lève ses deux mains en disant « je vous ai compris » il me répondit assez justement que pour cela, il fallait soit faire beaucoup d’études, soit gagner une guerre mondiale. Comme la probabilité que je fasse beaucoup d’étude était plus faible que celle que la connerie humaine nous concocte une petite guerre dont elle a le secret, je décidai, passivement, d’attendre l’envahisseur qui n’est finalement jamais venu. Mais je gardai toute ma vie une admiration sans borne pour ces hommes et ces femmes d’Etat qu’ils soient Présidents ou Ministres de la République.

Mais ça c’était avant Cécile Duflot.

 

Alors certes, j’ai déjà été déçu par des ministres, de droite comme de gauche. J’en ai connu des incompétents, des idéologues, des paresseux, des hésitants, des égocentriques, des lâches, des pervers etc. Mais ne comptez pas sur moi pour donner des noms, je ne veux pas froisser l’amour propre de  Philippe Douste Blazy, Elisabeth Guigou, Dominique Strauss Kahn, Jack Lang ou Marie Georges Buffet. Je sais me tenir. Mais avec Cécile Duflot c’est différent. Ce n’est même plus de la déception, c’est une espèce de stupéfaction devant l’ampleur de sa bêtise. Un ahurissement proche de celui qu’on peut avoir devant une œuvre d’art. Parce que sa connerie est artistique, elle dépasse ce qu’on peut observer dans la vraie vie. Et pourtant elle est ministre. J’ai ressenti cela une autre fois, dans une moindre mesure, quand j’ai reçu un jour le bulletin de note de ma fille qui était en CM1 avec la mention de son instit : « la règle du participe passé n’est pas maîtriser »…

 

Je n’avais aucun préjugé sur Cécile Duflot avant qu’elle ne soit ministre sinon que je la savais idéologue, mesquine, hystérique, incompétente, calculatrice, ambitieuse plus pour elle que pour ses idées, démagogique, opportuniste, lâche et pas très maline. Rien de plus. J’ai donc observé sagement et de manière objective…

 

D’abord, pendant la campagne, je la suivais sur Twitter, je suis tombé sur des tweets comme celui-ci : « Traverser les étendues jaunes, sentir malgré soi l’odeur doucereuse du Colza en fleur d’une enfance dans la plaine de la Brie » Je me suis d’abord dit que la pauvre n’avait pas la lumière à tous les étages et puis j’ai compris la raison de ces élancements psychédéliques quand elle se prononça, très vite après sa nomination, pour la dépénalisation du Cannabis. J’ai ensuite placé l’épisode du jeans en conseil des ministres sur le compte de sa démagogie : cette reine des bobos qui n’a jamais vu une vache de sa vie autrement qu’au salon de l’agriculture doit penser que les gens du peuple s’habillent mal, donc qu’elle doit s’habiller mal pour faire croire qu’elle leur ressemble, un classique du populisme de gauche que manient très bien les écolos et que François Hollande a élevé au rang de pratique présidentielle en montrant ses augustes bourrelets sous un polo de la foire fouille à Brégançon cet été.

 

Et puis il y a eu l’épisode des remises généreuses et abondantes de légion d’honneur que Duflot a accrochées dès le début de sa prise de fonction à la poitrine de sa clientèle politique la plus fidèle après avoir poussé des cris pendant des mois sur les prétendues affaires de favoritisme dans l’affaire Woerth. Là, j’ai trouvé ça cocasse, celle qui avait tenu la main d’Eva Joly dans son désastre électoral qui ressemblait davantage à une croisade pathétique contre le principe de la présomption d’innocence allait, quelques mois après, distribuer des hochets non pour le mérite mais en vertu des idées politiques des récipiendaires

 

A ce moment là, commençait doucement à poindre dans mon esprit l’idée que cette ministre était en fait simplement stupide et que les autres défauts que je luis prêtais peu charitablement jusqu’alors n’étaient que les conséquences de cette bêtise plus structurelle que conjoncturelle. Et là, Cécile Duflot ( je vous rappelle qu’elle est ministre de la République au même titre qu’un Chevènement ou qu’un Michel Debré par exemple) pour désamorcer la polémique sur les légions d’honneur twittait cette photo avec le commentaire suivant : «  manger les smarties de manière très stricte : un bleu, un rouge, un vert, un rose. »

C’était donc ça ! Elle est stupide ! mais pas stupide comme on peut l’être dans la vraie vie, une stupidité abyssale, un truc rare, un truc qui pourrait presque la rendre attachante si elle n’avait pas entre ses mains une parcelle de pouvoir qui lui donne la possibilité de dépenser mon pognon. Un genre de stupidité que l’on doit étudier dans les facultés de psychologie, avec chez elle, ce petit plus qui rend son personnage tout à fait unique : un goût immodéré pour le ridicule. C’est sans doute ça que Coluche appelait la « Poésie de la bêtise. »

 

Et ce savant mélange de stupidité et de goût du ridicule elle nous l’a encore démontré hier en posant encagoulée pour la libération des Pussy Riots aux universités d’été d’Europe Ecologie Les Verts. Stupide parce qu’un ministre de la République ne devrait pas commenter une décision de justice d’un pays étranger et néanmoins ami – c’est le rôle de la diplomatie – , stupide aussi parce que terriblement conformiste et ridicule parce que je ne suis pas certain que cette mascarade carnavalesque dont seuls les écolos ont le secret soit de nature à faire prendre au sérieux cette revendication que l’on peut par ailleurs trouver juste et opportune.

 

Alors voilà, nous avons donc dans notre gouvernement qui a déjà montré son incompétence, sa propension toute socialiste à la prodigalité, son ontologique démagogie et son authentique capacité à prendre les français pour des demeurés, nous avons donc aussi, une ministre stupidement ridicule et ridiculement stupide. Une ministre qui va continuer à s’asseoir gentiment sur ces beaux principes pour pouvoir goûter encore et encore aux avantages procurés par sa fonction.

 

Si Ernest Renan avait connu Cécile Duflot il l’aurait montrée en exemple pour illustre son célèbre propos : « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche