Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 07:00

RASSEMBLEMENT SELECTIF

 

 

A Poissy, la mode est au "rassemblement" !

 

Tout le monde veut rassembler, à gauche comme au centre et à droite,

je tu il (mais pas encore elle) rassemble...

 

Mais comme chacun rassemble dans son coin, ou pour son seul propre compte, le rassemblement tourne court, en particulier quand l'occasion était donnée : budget municipal 2011, vidéo-sentinelle, mécontentement citoyen, et j'en passe.

 

Mais alors à qui se fier, quoi penser, quoi retenir ? Donnons quelques clefs de lecture :

 

- Les étiquettes politiques sclérosent, à droite comme à gauche, sauf le centre qui se fige dans ses contradictions de rassembleur qui n'a jamais autant été divisé...

- Les membres supposés de certaines associations ne doivent avoir et n'ont qu'une seule issue : respecter et suivre la voix du "maître", rassembleur, faute de quoi il ne serait pas vraiment le "maître" en question

- Tout en restant en dehors d'un débat ancien qui est hors de propos, les hommes "faisceau" tiennent à conserver jalousement leur statut, communications et pseudo-actions à la clef. La propagande déployée est assez impressionante de volonté de persuasion que leurs idées sont essentielles et qu'elles font "fuhrer"... ou tout comme, tellement la pensée est unique et qu'elle ne supporte pas ni la contradiction, ni l'émergence d'une réelle troisième voie.

 

Pourtant, c'est bien cette troisième voie qui se révelera bientôt. Sans étiquette donc, à Poissy comme ailleurs. La démarche initiée par certains pisciacais est en passe de créer une force aussi crédible qu'elle n'est pas extrême. Et pourtant c'est là que les prétendus rassembleurs voudraient bien les faire classer, pour les freiner voire casser la dynamique en cours.

 

Son ampleur grandit de jour en jour, les équipes s'étoffent, toutes structures confondues. Peut-être est-ce la raison de la création ou de la réactivation d'associations ces derniers temps ? Visiblement le but majeur est de créer une contre-force d'appoint avec pour seule perspective et ambition de vouloir "rassembler", version rabattage et ratissage large, voire aux forcepts.

 

En prenant le temps de regarder, vous vous rendrez compte des faux-semblants comme du niveau de sincérité de tous les acteurs qui grouillent dans le bocal du microcosme local. Il suffit de mettre côte à côte annonces et réalisations concrètes.

 

Beaucoup risquent de connaître et resentir une déception notable. C'est probablement cette dernière qui sera le dénominateur commun, à gauche comme à droite, devenant une forme de rassemblement par la force des choses !

 

Alors injures, menaces ou désintéret tactique n'y changeront rien.

 

Car le renouveau est en marche.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:30

C'EST LA FAUTE

A QUI ?

 

* Pré-campagne présidentielle oblige, les incivilités, l'insécurité et les faits divers sont remis en avant. Braquages, tags, bris de glace reviennent sous les lumières des médias, nationaux et même locaux.

 

C'est la faute à qui ? Le voyou bien sûr ! Que fait la Police alors ? Elle ne court plus après les voleurs mais après ses effectifs en diminution de plus en plus voyante sur le terrain après les coupes budgétaires gouvernementales qui ne peuvent plus se cacher. 

 

* Pré-campagne présidentielle oblige, le "courage" gouvernemental et municipal d'augmenter les taxes n'est pas reconnu à sa juste mesure, selon qu'on se trouve dans le camp adverse de l'un ou l'autre...

 

C'est la faute à qui ? La crise bien sûr ! L'inflation des dépenses et l'amplification du manque de maîtrise budgétaire n'est bizzarement pas pointé du doigt, sauf par les agences de notation...

 

Agences de notation, leur thermomètre est-il devenu à ce point fou qu'il fait perdre la raison la plus élémentaire à nos élus ?

 

* C'est la faute à qui vous dites ? Entre le "c'est pas de chance", "c'est pas moi, c'est ceux qui étaient aux affaires avant" "il faut positiver et renforcer l'ouverture de nos frontières aux produits fabriqués dans les pays à bas-coûts pour relancer la consommation", ce sont les idées folles et absurdes en vigueur qui avilissent et asservissent les peuples.

 

* Même certains candidats proclament leur hostilité aux "marchés financiers", voilà l'adversaire. Mais grâce à la loi de 1973 qui ne permet plus à l'état de se faire financer par le banque de France, heureusement qu'ils étaient là, pour financer la dette abyssale et grandissante. C'est la faute à qui ? Aux centaines de milliers de chômeurs qui ne cotisent plus pardi !

 

Et les délocalisations, c'est la faute à qui ? ... A ces "faignasses" qui coûtent trop cher en charges sociales, élus y compris dont il faudrait réduire le nombre et les émoluements. Mais alors qui va payer les retraites ?

 

Et ce serait la faute à qui, d'après vous, si la France était en faillite ?

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 18:00

LES DEPUTES ET L’EFFORT DE REDRESSEMENT DES FINANCES DU PAYS : FAITES CE QUE JE DIS MAIS PAS CE QUE JE FAIS… !

 

 

Après le coup de rabot de 15% sur les niches fiscales, les taxes supplémentaires en tous genres, un collectif d’une trentaine de députés proposait de réduire de 10% leurs indemnités… Proposition refusée.

 

Les députés ont rejeté ce lundi, après un débat assez bref et dépassionné, la proposition du député UMP Lionnel Luca et d’une trentaine de ses collègues de réduire de 10% leurs indemnités parlementaires pour participer à l’effort de solidarité en ces temps de rigueur budgétaire.

 

«On doit apporter notre petite pierre à la crise»

 

«En ces temps difficiles où un deuxième plan de rigueur va demander des efforts – et rien ne nous permet d’être assurés qu’il n’y en aura peut-être pas un troisième d’ici la fin de la législature – il serait invraisemblable que nous nous exonérions d’un effort relatif», a défendu Lionnel Luca.

 

Parmi les signataires de cet amendement, figurent des députés UMP membres du collectif Droite Populaire mais aussi du Nouveau Centre comme Philippe Vigier, le non inscrit Nicolas Dupont-Aignan, le villepiniste Jean-Pierre Grand ou encore le député EELV François de Rugy.

 

Faisant valoir que les députés «font partie de ceux qui sont les moins malheureux dans ce pays», la députée UMP Chantal Brunel a jugé qu’«on doit apporter notre petite pierre à la crise» par souci d’«exemplarité». Elle s’est dite surprise par «le double langage du PS» sur le sujet, soulignant qu’aucun député PS n’avait signé l’amendement.

 

5.200 euros net par mois

 

Jean Launay (PS), rapporteur des crédits Pouvoirs publics, a critiqué un «gadget» qui «n’a pas de pertinence juridique» car il faut modifier une ordonnance organique pour pouvoir toucher aux indemnités des parlementaires.

 

La ministre du Budget, Valérie Pécresse, qui n’est pas tenue de donner un avis sur une affaire concernant les députés, a précisé que «l’enveloppe des indemnités des députés baissera de 1,6%» en 2012. «Il n’y aura aucune baisse d’aucun revenu» des fonctionnaires en général, les salaires des députés étant alignés sur ceux des fonctionnaires, a-t-elle ajouté.

 

La diminution de 10% des indemnités, actuellement de 5.200 euros net par mois, représenterait sur un an une économie de cinq millions d’euros. Le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), y était opposé, comme le groupe des députés UMP.

 

Source AFP

http://www.20minutes.fr/

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 20:00

REFONTE DE STATION

Le SIAAP veut « épurer » son site de la Seine Aval pour en faire une oasis. Mais une oasis peut en cacher une autre.

 

Le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (S.I.A.A.P) SITE SEINE AVAL – 78600 – MAISONS LAFFITTE a présenté une demande d’autorisation pour procéder à la refonte de l’unité de pré-traitement et à la refonte globale de la station d’épuration de Seine Aval.

Par arrêté inter préfectoral du 17 septembre 2011, une enquête publique sera ouverte du lundi 17 octobre 2011 au Jeudi 17 novembre 2011 inclus, sur le département des Yvelines (35 communes) et le département du Val d’Oise (3 communes) au titre des articles L.214-1et suivants du code de l'environnement.

Pour donner votre avis, les citoyens sont appelés à consulter le dossier comprenant une étude d’impact et le registre d’enquête destiné à revoir les observations des pisciacais au service Environnement, 112 ter rue  du Général de Gaulle - 1er étage,  de 8h 30 à 12 heures et de 13 h 30 à 18 heures.

 

Voilà pour l’annonce officielle.

 

Le site va être réduit de manière substantielle car une grande partie de sa surface va être restituée à son propriétaire, la ville de Paris, soit près de 300 hectares.

 

Dans le même temps, le deux tiers – soit 200 hectares environ - vont être cédés à la ville d’Achères qui va les mettre à disposition d’un syndicat mixte « Paris-Achères ».

Dans ce jeu de taquin, l’enquête publique ne s’intéresse donc qu’à une petite partie de l’opération. C’est un passage obligé, mais l’enjeu final est ailleurs.

 

Ce qui se cache derrière cette opération, c’est en fait les grands préparatifs de la mise en service de la liaison fluviale depuis Le Havre-Rouen, dite à grand gabarit Seine-Nord Europe, prévue pour 2017-2018, avec son flux continu de porte-conteneurs. Car c’est le syndicat mixte en question qui va encadrer le projet du nouveau port d’envergure nationale, situé à Achères, à deux pas de Poissy.

 

S’il va redonner un coup de fouet à l’activité logistique locale et aux installations portuaires de Rouen, avec la construction d’une extension au sud-est de cette agglomération normande,  elle sera avant tout la nouvelle porte d’entrée encore plus grande ouverte des produits d’importation, aux origines lointaines et diverses, faites à bas coûts. « Low cost » en langage initié.

 

Ces produits manufacturés ne seront évidemment pas produits en France. Alors comment ne pas s’interroger sur la manière de rééquilibrer notre balance commerciale, nécessité absolue pour sortir de la spirale infernale des déficits chroniques et de la dette ?

 

Ainsi pour réaliser la réindustrialisation de notre pays, les promesses ne résistent pas à la réalité : au contraire, tout est mis en place pour favoriser les importations … ! A force d’être trop usées, plus personne ne sera en mesure de recycler ces belles promesses face à l’armée de chômeurs qui ne cesse de grossir les rangs en France.

 

Heureusement qu’il nous reste les usines de retraitement des eaux usées. Mais avec les belles plateformes qui vont être construites, elles ne suffiront pas à compenser les emplois industriels perdus. Pas moins de un million perdus en dix ans. Et comme nous n’avons pas encore réellement compris les impacts sur nos comptes publics, nous continuons allègrement.

 

L’oasis Achéro-pisciacaise ne serait-elle pas le cocotier qui cache la forêt ? Il finira bien par être secoué un jour…Mieux vaut tard que jamais, mais à force d’attendre, l’armée qui a été citée se sera mise en marche et pourrait créer quelques surprises, dans les urnes en particulier. Pourquoi pas dès 2012 ?

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 18:00

MENDICITE, UN POINT DE VUE

LEGALE OU ILLEGALE, MAIS NON SANS SOUCI

 

 

Lundi dernier, malgré le jour de solidarité mondiale pour le refus de la misère, la mairie de Marseille a  publié le sein sans limite de temps, imitant celui décrété par la préfecture de police de Paris le 14 septembre dernier qui interdit de mendier sur les Champs-Elysées à Paris.

 

Plusieurs municipalités, comme Nice, Montpellier et Chartres, appliquent régulièrement durant la période estivale, des arrêtés de type « anti-mendicité ». Ils leur permettent d'infliger des amendes aux mendiants, ce qui n’arrange pas leurs finances, en leur enlevant parfois le peu de ce qu’ils ont en poche...

 

Ce qui a malgré tout un certain succès, parait-il. Les municipalités ne vont pas jusqu’à engager des poursuites pour délit de "mendicité agressive" (passible de six mois d'emprisonnement et de 3750 euros d’amende selon l’article 312-12-1 du code pénal) car la procédure reste lourde et la charge de la preuve difficile à faire ressortir devant un juge.

 

De leur côté, les associations de lutte contre la pauvreté dénoncent unanimement ces mesures qui visent à déplacer la misère.

 

A Poissy, nous n’en sommes pas encore là. Mais la mairie n’est pas en reste puisque c’est elle qui fait la manche ! En toute légalité…

 

Comment ?! Simplement en taxant plus ses administrés dès 2011. Ceux qui ont déjà reçu leurs relevés de taxe d’habitation  et de taxe foncière ont même trouvé la pratique plutôt « agressive ».

 

L’autre différence qui est constatée n’est pas dans le déplacement de la misère, mais sa mise en place au cœur même de la cité. Car au vu des nouveaux montants en nette hausse, qui ne s’est pas écrié « misère ! » ? Misère au portefeuille…CQFD ?...

 

Toujours est-il que, illégale ou légale, la mendicité municipale ou gouvernementale  va poser de nombreux soucis à nos concitoyens : après les dernières annonces de la rentrée avec ses taxes en hausse, le budget 2012 de la France contiendra la suite du mouvement « populaire ». Ce sera du meilleur effet en prélude à la campagne présidentielle n’en doutons pas.

 

Mais consolons-nous, nous n’en sommes pas encore au niveau des Grecs qui font la manche au niveau de l’Europe, auprès des Etats et de leurs représentants qui savent parfaitement qu’il n’y aura pas de remboursement. Nous avons encore un peu de temps et de marge devant nous, mais probablement que quelques mois de répit.

 

D’ici là, la ville aura fait la manche avec succès, avec versement annuel. Mais n’oubliez pas de donner aux mendiants des rues : leur manche est tout autant légale, à Poissy en tout cas, que celles dont nous venons de parler, et que pour eux c’est parce que vous le voudriez bien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche