Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 07:00

CARTE TEMPO et revitalisation

Une dynamique avortée

 

L’article sur le PDU du 08 novembre a généré une réaction assez vive. La voici.

 

Les constats faits en janvier 2010 dans l’étude pour le développement du commerce et de l'artisanat laissent pantois (visible à cette adresse http://www.commerces-poissy.com/Etudes_sur_le_commerce_de_Poissy_Fev_2010-1-.pdf ) :

 

Carte TEMPO : Outil collectif de fidélisation de la clientèle

Elle a été créée en 2001 par l’UCAP en partenariat avec la Ville. Dans le même temps, six autres cartes étaient lancées dans les Yvelines, à l’heure actuelle seule celle de Poissy est encore en fonctionnement. Plus pour longtemps…

«  • Un nombre d’adhérents qui a relativement peu évolué depuis son lancement : 35

aujourd’hui contre 20 au démarrage.

• Toutefois, dans une perspective de relance de la carte et de renforcement des synergies, l’outil doit se développer dans le courant de l’année 2010 à une dizaine de commerçants de la halle couverte. Il s’agit d’une collaboration innovante qui permettra de capter une clientèle plus large étant donné la notoriété du marché.

• Une carte bénéficiant d’une bonne renommée mais qui pourrait être renforcée : 26 % des ménages interrogés connaissent la carte TEMPO. Toutefois, 42 % d’entre eux ne l’utilisent pas et 30 % l’utilisent à la fois pour faire leurs achats et payer leur stationnement (horodateurs). A noter que 10 % s’en servent comme une carte de paiement du stationnement de centre-ville.

 

Environnement urbain

• Près des 3/4 des ménages interrogés s’expriment favorablement sur la circulation des piétons et les espaces publics.

• Les principales insatisfactions, tant du point de vue de la clientèle que des commerçants, concernent le stationnement et la circulation automobile perçus comme difficiles dans le centre-ville de Poissy (ville dédiée à l’automobile où la circulation y est dense ce

qui freine les consommateurs).

• Des commerçants globalement insatisfaits du système et de la gestion des livraisons en centre-ville. L’insatisfaction est marquée pour les commerçants implantés le long de l’Avenue du Cep et à l’inverse peu élevée pour ceux implantés rue du Général de Gaulle.

• Par ailleurs, près d’un tiers des professionnels est insatisfait de la signalétique commerciale jugée insuffisante en centre-ville. »

 

Le taux d’insatisfaction de la Circulation automobile est respectivement de 54% pour la clientèle et de 51% pour les commerçants.

 

Pour le Stationnement ces taux passent à 62% et à 77% !

 

Et on ne peut qu’être plus perplexe à la lecture de la page 57 (sur 58) qui indique la délimitation des « séquences Commerciales » (délimitation des périmètres de préemption en centre-ville)

« Le périmètre est la résultante des menaces identifiées sur chaque séquence. Autrement dit lorsque la situation actuelle s’éloigne des objectifs de diversité, commercialité et d’attractivité

visés.

 

Les périmètres définis permettent de :

* Répondre aux besoins des consommateurs en assurant :

-la couverture des besoins quotidiens (alimentation, presse, tabac…) sur l’ensemble des espaces marchands => attractivité locale

-la couverture des besoins quotidiens et occasionnels sur les emplacements 1 et 2

-la couverture des besoins d’une clientèle de passage sur le secteur de la gare (commerces alimentaires, cafés, restaurants, points chauds, services )

 

* Assurer une attractivité locale et extralocale du centre-ville pisciacais »

 

J’ai beaucoup de mal à comprendre en quoi la définition d’un « périmètre » peut assurer une attractivité locale et extralocale. Cette étude est digne des meilleurs énarques ou assimilés, les propositions sont minces ou inextantes.

 

Sans une nouvelle offre combinée de stationnement et d’offres commerciales et culturelles diversifiées, l’attractivité n’est que pure illusion. Cette illusion est renforcée par les projets commerciaux de nos « camarades » de Chambourcy et d’Orgeval qui comptent développer assez largement leurs surfaces, commerciales et de parkings, pour donner un réel attrait aux consommateurs. Carrefour l’a bien compris et son agrandissement actuel est en passe de « terminer le boulot » pour donner un ultime coup de boutoir aux petits commerces qui n’ont plus beaucoup de moyens pour lutter.

 

Tant qu’un véritable projet de « cœur de ville » ne sera pas mis en place, il sera difficile à nos commerçants de résister à cette concurrence « extralocale ».

 

La perte de la carte TEMPO ne va bien entendu pas améliorer les conditions de réussite de la revitalisation pourtant indispensable.

 

Pour faire écho aux « quartiers libres » organisés en juin, l’orientation semble être donnée aux « commerces libres », libres d’occupation…

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 07:30

SAUT DE PUCE

 

 

Les horodateurs vont évoluer à Poissy. En effet, ils vont bientôt permettre d'accueillir les cartes à puce.


Validé lors de la séance des 19 décembre 2009 et 30 septembre 2010, le choix se veut être une avancée.

 

Il cache en fait une reculade puisque la carte TEMPO (qui donnait droit aux 20 premières minutes gratuites de stationnement) va passer à la trappe par défaut d'évolution du logiciel de gestion.

 

Même s'il ne représentait que 8% des transactions journalières en moyenne, ce score n'en était pas moins bon comparativement au nombre limité (34) de commerces qui la faisait vivre.

 

Le coût d'acquisition annoncé du logiciel - 200.000 euros - est certes prohibitif, mais cela milite dans ma proposition faite en décembre dernier d'utiliser les nouvelles technologies (RFID, mobiles ou autre) à côté desquelles nous passons, contrairement à certaines municipalités qui ont fait le saut avec succès, comme Issy-les-Moulineaux par exemple.

 

Aussi, il est difficilement compréhensible que nos Maire et Adjoint au Commerce ne se soit pas montré plus dynamique pour conserver cet outil de notoriété du centre ville de Poissy, quitte à le rénover. Pourtant ce dernier en avait été l'initiateur quand il était le Président de l'Association des Commerçants Pisciacais. Il faut espérer qu'ils trouveront un autre moyen pour dynamiser l'activité commerciale de la ville, surtout face aux projets d'Orgeval et de Chambourcy, dont l'accessibilité et la gratuité des parkings sont des arguments forts.

 

Ce type de solution innovante aurait permis de s'affranchir de l'ancienne technologie de la carte à bande magnétique, en créant au passage une attraction "newtech" qui aurait fait parler d'elle bien au-delà du périmètre de la ville.

 

Et cela aurait aussi permis de gérer des données nominatives, ce qui aurait eu pour avantage de mettre en place des abonnements, dont le manque est le grand défaut de l'évolution du zonage des parkings de la ville, notamment pour ceux qui viennent y travailler en semaine.

 

Pour ces derniers, le coût journalier va augmenter fortement puisque la durée de la zone "longue durée" sera limitée à 4 heures. Ce ne sont pas eux qui vont profiter de la (nouvelle) gratuité du Dimanche, qui d'ailleurs va apporter d'autres problématiques.  

 

La décision du 30 septembre 2010 recèle également une évolution du zonage en deux parties : une zone "courte durée" (limitée à deux heures, où le tarif ne change pas) et une zone "longue durée".


L'arrivée de la carte à puce va donc permettre de faire un petit saut de remise à niveau.

 

Un saut de puce... alors que nous aurions pu mettre des "bottes de sept lieues" et la barre beaucoup plus haut, sans qu'elle soit celle du budget.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 08:00
Quels commerces sauvegarder à Poissy ?

Dans l'écriture de la délibération N°7 du Conseil Municipal du 22 octobre 2009, j'ai découvert et appris que la ville veut soutenir le commerce local (ce qui est très bien) notamment par l'établissement d'un "périmètre de sauvegarde du commerce dans une partie du centre-ville".

Outre le fait de demander de quelle décision cela relevait-il (la Commission économique n'a pas été sollicitée), la grande question que j'ai posée est de connaître ce "programme de sauvegarde". Car aucune information n'a filtré sur ce fameux programme, ce qui pourrait tendre à prouver que cela deviendrait une habitude de fonctionnement au sein de la Mairie... Mais passons.

M.ALLAOUCHICHE, Maire-Adjoint délégué au Commerce n'étant pas présent(*), je n'ai pas insisté, bien que M.Le Maire aurait bien pu me répondre, mais cela ne m'a pas empêché d'affirmer que :

C'est l'ensemble du commerce pisciacais qu'il faut sauvegarder !
Pas uniquement celui d'une "partie du centre ville" !


Car c'est peut-être celui en dehors du centre-ville qui en aurait le plus besoin...!

Ne soyons donc pas limités, limitatifs ou exclusifs.

Il sera donc très intéressant de suivre ce sujet, qui relève de l'aménagement du territoire de notre ville, et qui génère d'emblée les questions des objectifs et moyens (donc coûts) mis en oeuvre.

Au regard du site web actuel des commerçants de la ville, il ne pourrait être fait que mieux, mais ce n'est qu'un avis personnel.

Pour vous faire le vôtre, cliquez sur ce lien pour voir "La vitrine des commerçants de Poissy" et à vos claviers !

J'ai gardé en mémoire le gagnant du concours PoissyCréator 2008, qui proposait une démarche innovante pour la mise en relief et la modernisation des commerces d'une zone commerciale ou d'une ville, sur internet.
 
Je sais qu'il avait été reçu par notre Maire, non sans difficulté semble-t-il, mais sans avancée concrète au terme et depuis ce rendez-vous.
 
Pour Poissy, ce pourrait être une vitrine de technologie et de services rendus à la population, avec - en plus - un pisciacais pour origine.

Il existe également un autre site Centredeville qui regroupe plusieurs villes, dont Poissy, mais visiblement en dehors de toute dynamique municipale locale.

En tout cas, jamais le Maire-Adjoint délégué au commerce n'en a fait la promotion ni même état.

Connait-il ne serait-ce l'aide départementale pour la création et promotion d'un site web (prise en charge jusqu'à 50% des coûts) ? Sauf erreur, elle existe depuis 2003. 
 
Mais quelle est donc sa feuille de route ?

Quelle vision a-t-il du développement voire de la sauvegarde des commerces ?

Affaires à suivre.






(*) La délibération n°7 consistait à donner mandat à M.ALLAOUCHICHE d'assister aux Assises nationales du Commerce à Nancy, les 22 et 23 octobre 2009.
Rappelez-moi quel jour nous étions lors de ce conseil municipal... 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche