Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 14:00

AIDE ALIMENTAIRE,

L'EUROPE M'A TUER...

 

 

 

C'est avec une certaine consternation que j'apprends la baisse des budgets européens décidée par Bruxelles relative à l'aide alimentaire.

 

Tenez-vous bien : moins 76 % !

 

Avec l'arrivée des temps durs, météorologiques en premier, et économiques qui perdurent, ce sont une nouvelle fois les plus démunis qui vont faire les frais de cette politique folle et technocratique européenne, sans âme et sans regard pour ce qui se passe "en bas".

 

J'ai été marqué par un récent reportage relatif à la crise grecque. Il montrait une montée en flèche des personnes allant à la soupe populaire. Quelles réponses peuvent être apportées par l'Europe ?

 

Les banques prêteuses ont été sauvées (pour le moment), les citoyens le seront-ils, et à quel prix ?

 

Les "indignés" vont voir grossir leurs rangs.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 07:00

VIDEO-SENTINELLE,

UN BUDGET

 

 

Les échanges ont fait rage sur le web au sujet de la pétition menée à nouveau ce week-end par certains acteurs politiques locaux. Outre le fait que je "déconne" en n'allant pas signer cette pétition, ce qui m'a assez amusé à vrai dire, et en laissant de côté tous les commentaires un peu acerbes qui ne mènent pas loin, j'en retiens toutefois un fait à propos du coût et du budget.

 

Coût d'installation. Budget de fonctionnement.

 

Il est utile de rappeler que, sur le principe, je suis pour la vidéo-sentinelle. Le terme employé a son importance puisqu'il manque avant tout la définition du concept, ou plutôt sa mise en application sur le terrain, avec les priorités qui lui seront données. C'est ce qui va déterminer l'ensemble des moyens qui devront être mis en oeuvre.

 

Commençons par les objectifs :

 

- sont-ils de suivre en direct les flux de personnes, simultanément, de manière décalée ?

- sont-ils l'outil pour aider les forces publiques à interpeller les voyous en flagrant délit ?

- ou au contraire, sont-ils seulement le support pour "refaire le match" après des évènements ?

 

Sur les emplacements, faut-il uniquement des caméras en lieux fixes ? Le délinquance étant mouvante par nature, faut-il des caméras "mobiles", mobilisables et transférables rapidement ? Probablement.

 

A ces principaux paramètres, il y en a d'autres, les impacts et les conséquences en terme d'exploitation et de gestion sont évidemment différents.

 

Si l'on retient une cinquantaine de caméras, ce qui est important, les éléments financiers estimés seraient de cet ordre :

 

Coût d'acquisition et d'installation des caméras : 50 x 7 KE = 350 KE     

Coût de maintenance et de remplacement (à Sartrouville, elles sont dégradées régulièrement) : 20% par an

 

Serveur de stockage des images : 30 KE

 

Une partie de ces coûts peuvent être pris en charge par le fonds gouvernemental, à hauteur de 50%.

 

Mais la plus grande partie des coûts sont dans l'exploitation au quotidien, car ces yeux électroniques ont besoin des yeux humains.

 

Avec un fonctionnement en 3x8 (pour une sécurité "permanente") et 4 fonctionnaires présents pour exploiter la totalité des caméras de manière optimale, nous aurions donc besoin de 12 personnes, a minima.

 

Si nous comptons 3 KE de salaires et charges par tête, nous avons 36 KE x 12 mois, soit un budget de 432 KE. Ajouté à la maintenance des caméras, nous avons un total annuel d'environ 500 KE.

 

La mise en place de la vidéo-sentinelle reste un choix politique. Ses conséquences financières seront - par exemple - à contre-balancer par la présence d'une partie des quelques dizaines d'animateurs dans les effectifs de la Mairie dont le chiffre impressionnant de 170 en laisse pantois plus d'un.

 

Ce choix ne pourra pas s'affanchir des moyens à donner - ou plutôt redonner - à nos Police Nationale et Gendarmerie. Car la vidéo-sentinnelle n'est qu'un outil d'accompagnement, pas de remplacement.

 

En effet, rien ne remplacera la présence sur le terrain, par des capacités de mobilisation rapide et en nombre des représentants de la force publique. Leur travail au quotidien mérite d'être salué car, outre sa difficulté, il est un des garants de notre République.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 07:00

 

SECURITE, VIDEO,

UN BESOIN DE PROFONDEUR

de vue et d’action

 

 

Depuis plusieurs mois nous constatons une dégradation de la sécurité dans notre pays, et à Poissy en particulier. Partout en France les communes sont confrontées à des délits de plus en plus violents (vols à main armée, agressions sur personnes, trafics en tous genres).

 

Les derniers chiffres et évènements à Poissy – mais pas seulement - montrent et prouvent à nouveau que notre pays a renoué avec une augmentation certaine de la violence (cf le « jeune » arrêté avec des kilos de Cannabis et une Kalachnikov dans son coffre de voiture, annoncé par Le Courrier des Yvelines en juin dernier).

 

Dans ce contexte, les décisions du gouvernement de supprimer plusieurs milliers de postes de policiers est incompréhensible, tout comme la fermeture d’écoles de Police ou de gendarmes, montrant ainsi que des coupes sombres sont en cours dans les effectifs de la force publique.

 

Tout cela pour appliquer aveuglément la règle idéologique de non remplacement de la moitié des départs en retraite des fonctionnaires. Même si l’on est favorable à une meilleure gestion des effectifs de l’Etat, avec parfois la possibilité de faire des économies importantes, une telle politique doit obéir à des priorités et être mise en place avec souplesse et discernement.

 

Si on continue à déshabiller notre Police, on aura de très graves difficultés. Sauf à se résoudre à voir les collectivités les plus riches se « payer » des polices municipales coûteuses et à accepter le développement des sociétés de sécurité privée avec tous les risques que cela comporte.

 

La vidéo-sentinelle (et non vidéo-protection, car la vidéo n’a jamais protégé en tant que tel) peut être une aide précieuse pour retrouver les fauteurs de troubles et les délinquants. Mais c’est au prix du report des coûts vers les collectivités locales dont les finances ne sont pas illimitées. Toutefois, elle y est rendue nécessaire dans les zones à risque, comme à Poissy qui attire les aigrefins comme des mouches sur la confiture. C’est l’impression donnée en tout cas.

 

Avec désormais un réel de +7 millions d’euros annuels par rapport à 2007, on se dit qu'elle aurait pu être largement financée, même sans entrer dans cette folle spirale de dépenses de fonctionnement depuis trois ans.

 

Les pétitions même rééditées d’année en année, sont malheureusement vouées à l’échec le plus total avec la municipalité actuelle. Il n’est pas dans mes habitudes de générer de faux espoirs. Donc, pour cette raison principale, je ne participerai pas à la pétition lancée dimanche prochain. A mon sens, et par respect de la démocratie, le sujet de cette pétition devrait être la demande d’un référendum local et ainsi nous verrions l’expression réelle de la demande.  

 

Des choix financiers devront de toute façon être faits par la nouvelle municipalité qui sera en place à partir de 2014 car l’actuelle va malheureusement rester dans sa logique de multiplication de « services », sauf celui de l’amélioration de la sécurité, qui est pourtant un besoin vital de nos concitoyens, une des bases de notre République.

 

Alors ne perdons toutefois pas de vue qu’au-delà du cadre local, c’est notre pays qui a plus que jamais besoin d’un Etat fort, bien doté face à la criminalité organisée qui tisse sa toile dans une Europe sans frontières. Depuis de trop nombreuses années, l’amateurisme, la naïveté et les belles paroles des dirigeants français sont accablants.

 

De surcroît, l’Etat régalien (police, justice) est particulièrement mal loti en France par rapport, par exemple, à l’Angleterre et à l’Allemagne. Il serait donc temps d’ouvrir un vrai débat sur le niveau des prélèvements obligatoires et sur les domaines auxquels doivent s’appliquer les réductions de dépenses.

 

En terme de sécurité, la vraie question est « Sommes-nous entrés dans une guerre civile larvée ? ». Elle mérite d’être posée quand on voit que des bandes n’hésitent plus à mener de véritables opérations punitives contre des policiers, des pompiers ou à s’attaquer à des bus comme au temps du « Far West » on dépouillait les diligences. Ou de défoncer et incendier des commerces et une mission locale pour l’emploi à la voiture bélier.

 

Les forces de police sont totalement débordées, la justice est impuissante, le pouvoir politique continue de s’agiter en paroles, faute d’agir réellement.

 

Car, au delà de la question du nombre de postes se pose celle des moyens.

 

Comment explique-t-on que la Police Nationale soit en perpétuelle baisse de moyens - armement, automobiles - alors qu'elle est censée être seule compétente en matière de crimes et délits ? Non seulement la police nationale française a un niveau d'équipement risible au niveau européen mais elle commence également à sembler ridicule aux côtés de certaines polices municipales.

 

Il y a des mesures urgentes à prendre, pour enfin se donner les moyens de rétablir la loi républicaine, notamment l’augmentation forte du budget de la Police Nationale et du Ministère de la Justice pour rétablir la continuité et l’efficacité de la chaîne pénale.

 

Il faut que la justice réagisse à la hauteur des actes commis. Trop de voyous ne vont pas en prison : 82000 peines de prisons, souvent des courtes, ne sont pas effectuées. Il serait intéressant de remplacer les courtes peines de prison par des TIG obligatoire, qui obligeront les coupables à se rendre utile pour la collectivité.

 

La baisse des emplois dans la fonction publique a été présentée comme une nécessité impérieuse de gestion des dépenses publiques. Toutefois, on s'explique mal qu'à la suppression d'emplois dans la fonction publique nationale succède une forte hausse des créations d'emploi dans la fonction publique territoriale, que la mise en place forcée d’intercommunalités aura du mal à faire diminuer, malgré la fusion des départements et régions dont la pertinence reste à démontrer, surtout sur l’aspect de la proximité vis-à-vis des citoyens.


S'agit-il de remplacer des fonctionnaires d'Etat répartis et financés par des impôts équitables comme l'impôt sur le revenu, par des fonctionnaires répartis en fonction des inégalités économiques territoriales et financés par la hausse des impôts locaux ?

 

Il est temps aussi d’agir à la source des problèmes en révisant totalement trois politiques :

- la politique économique (relance de la croissance, réforme de la Banque centrale européenne, incitation à produire en France) ;

- la politique éducative (rétablissement des repères, transmission du savoir) ;

- la politique migratoire (suppression du regroupement familial, contrôle aux frontières nationales, sanction des employeurs de travailleurs clandestins)

 

Entre la naïveté de la gauche et les moulins à paroles accompagnés de son lot de mesurettes de la droite, qu’attend-t-on pour réellement agir en profondeur ?

 

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 07:45

ITINERAIRES CYCLABLES

 

Une publication à voir dans POURPOISSY.FR

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 07:00

YVELINES RENOUVEAU

EN CAMPAGNE

 

 senat-equipe.jpg

 

Ce vendredi 9 septembre, les candidats aux élections sénatoriales de l’association "Yvelines Renouveau" se sont présentés à Versailles.

 

Les deux conseillers généraux des Yvelines, Philippe BRILLAUT et Philippe PIVERT, à la base de l’association, ont engagé une démarche d’ouverture depuis leur victoire aux cantonales 2011, face à des candidats UMP.

 

La liste présentée par "Yvelines Renouveau" rassemble des élus de tous horizons politiques pour être une alternative « de renouveau »  qui veut œuvrer en faveur d’une politique différente faites par des gens différents.

 

La différence commence par le moyen de « battre campagne » avec l’envoi à chaque élu-électeur d’un film sur DVD-ROM intitulé « Yvelines Renouveau en campagne » . Vous pouvez le consulter en ligne en cliquant ICI. Le site internet est LA.

 

A noter que le seul élu pisciacais de ces sénatoriales est présent sur cette liste.

 

La grande réunion publique se tiendra le
lundi 19 septembre à 20 h 45
à La Grande Scène du Chesnay
( 37, rue Caruel de Saint-Martin au Chesnay )

 

Décidée à vouloir «  défendre les élus de terrain et leur représentativité », et outre ces sénatoriales, Yvelines Renouveau prolongera son action par les législatives de juin 2012, avec en ligne de mire les Municipales de 2014.

 

 

Composition de la liste :

 1 - Philippe Brillault, maire du Chesnay et Conseiller général
 2 - Nicole Malaquin, conseillère municipale de la ville de Maurepas
 3 - Philippe Pivert, maire-adjoint de Saint-Germain-en-Laye, conseiller général des Yvelines
 4 - Sonia Brau, conseillère municipale de la ville de Saint-Cyr-L’Ecole
 5 - Michel Finck, président du nouveau centre 2010/2011
 6 - Hélèna Segain, conseillère municipale de la commune d’Aigremont
 7 - Daniel Debus, conseiller municipal de Poissy
 8 - Brigitte T. de Gramont, adjointe au maire de la commune de Rocquencourt de 1995 à 2001

Retrouvez la présentation plus détaillée des candidats sur le site internet

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche