Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 17:30

La municipalité a décidé de faire disparaître cet établissement pour le remplacer par une structure identique en apparence mais avec une différence majeure : les parents ne pourront plus voter les décisions ! Leur avis ne sera que consultatif.

 

La Caisse des écoles est un établissement public communal qui intervient dans les domaines suivants :

•les subventions pour les sorties pédagogiques dans chaque école,

•le soutien financier des activités spécifiques au sein de l’école (conteurs, musiciens, comédiens…),

•l’aide à l’équipement des bibliothèques d’école,

•l’organisation de concerts JMF au Théâtre de Poissy,

•les cadeaux de Noël aux écoles maternelles.

•elle porte aussi le Dispositif de Réussite Educative qui soutient les enfants et adolescents en fragilité scolaire, sociale ou familiale.

 

Jusqu'à maintenant, les réunions nombreuses nous amenaient à débattre des orientations de la Caisse des écoles, des attributions de financement pour tel ou tel projet éducatif, du vote du budget.

 

Depuis deux ans, le nombre de réunions a brutalement chuté, les échanges sont devenus peu à peu difficiles car les décisions étaient déjà actées en amont. Ce qui a fini par démobiliser les parents d'élèves élus.

 

Aujourd'hui, la municipalité a décidé de museler encore davantage la parole des parents d'élèves en leur supprimant le droit de voter les décisions de la Caisse des écoles. Les parents d'élèves désignés ne seront plus que des faire valoir.

 

La pétition est disponible à cette adresse :

http://www.mesopinions.com/petition/social/sauvons-caisse-ecoles-poissy/18181

Partager cet article
Repost0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 10:00

Depuis le 27 janvier, la vidéo verbalisation est effective à Poissy. Les vidéo-opérateurs derrière les écrans, sont assermentés pour verbaliser les contrevenants.

Le sujet ne laisse visiblement pas indifférent. De la "Surveillance" à la "protection", nous voilà passé à la "verbalisation".

Est-ce un réel "plus" pour la ville ou un facteur supplémentaire de désertition de la ville ? L'avenir le dira. La fréquentation des commerces servira certainement de baromètre. Le retour de la carte TEMPO permettra-t-il d'enrayer la désaffection du centre ? Beaucoup de questions et de doutes.

Les réactions sont attendues dans les jours et semaines à venir.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 08:12

La ligne de bus 55 est celle qui dessert les hameaux de Poissy, pour aller vers le centre ville et les collège et lycée Le Corbusier.

Depuis la rentrée 2015, avec l'ajout d'une station supplémentaire, les horaires de passage ont été décalés de 5 mn le matin. Avec la circulation dense de la D113 à passer et le retard récurrent de 2 à 5 mn en moyenne, les enfants arrivent de plus en plus en retard en classe.

Changes sans aucune concertation locale, les horaires constituent la clef de voûte de la fréquentation dans l'esprit de proximité.

La CSO voudrait-elle "tuer" cette ligne à petit feu ?

La mairie contactée via son site internet est restée sans voix pour le moment. Affaire à suivre.

Partager cet article
Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 17:00

La Bibliothèque nationale de France vient de lancer un appel au don pour acheter le bréviaire royal de Saint-Louis de Poissy, réalisé entre 1310 et 1315 à la demande de Philippe Le Bel.

Le bréviaire royal de Saint-Louis de Poissy a été commandé par Philippe Le Bel à la fin de son règne pour glorifier son grand-père, Louis IX, canonisé en 1297. En 1304, il fonde l’abbaye Saint-Louis de Poissy, ville de naissance et de baptême de son aïeul. C’est à Marie de Clermont-Bourbon, l’une des cousines du roi et également descendante de Saint-Louis, qu’il confie le monastère. C’est également à son attention qu’il commande le bréviaire. Illustré par Richard de Verdun, disciple de l’enlumineur du roi Maître Honoré, le bréviaire est constitué de 600 feuillets de parchemin. Il marque les prémices du culte de Saint-Louis et présente la plus ancienne représentation des reliques de la Sainte Chapelle.

Classé Trésor national en octobre 2014, il ne peut pas quitter le territoire. La Bibliothèque nationale de France espère réunir, d’ici le 27 novembre, 300 000 € sur les 1M€ demandés par son propriétaire. Le reste devrait être financé par le mécénat.

Les dons peuvent être effectués sur http://mecenat.bnf.fr

Partager cet article
Repost0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:46

Phénomène limité pour le moment a Poissy et Montigny le Bretonneux, le mouvement d'occupation des sans-papiers perdure et commence à faire tache.

Imaginez 150-200 personnes qui occupent les locaux d'une maison d'intérim mondialement connue, vous vous diriez que même dans vos rêves les plus fous, vous ne le voyiez pas être réalisable.

Pourtant, le "rêve" est devenu réalité, ou plutôt la révolte a fait un pas déterminant.

L'image écornée qui en résulte amené toutefois à aller en profondeur pour mieux comprendre. Qu'en est-il donc vraiment, notamment avec ces "attestations de concordance" ?

Prenez un individu, sans papiers, entendez venu de manière illégale en France ou sous un prétexte quelconque pour finalement vouloir y rester.

Prenez un de ses compatriotes, déjà intégré, qui lui sert d'existence légale en lui prêtant son identité afin d'être déclaré en bonne et due forme avec un numéro de sécurité sociale valide dont l'intéressé pourra user pour se faire embaucher en toute légalité pour gagner sa vie en travaillant.

Le système fonctionne jusqu'au jour de la prise de conscience de l'imbécilité de la démarche puisque seul le déclaré sera bénéficiaire des mois et années de cotisation versées.

Pour avoir déjà été confronté au phénomène, l'attestation de concordance est alors demandée pour permettre de notifier aux organismes sociaux "l'erreur" en demandant la régularisation, à effet rétroactif. Pour faire simple : " c'est pas lui c'est moi ...!". Ce n'est pas l'inverse, une fois n'est pas coutume...

Sauf que cela met en cause l'employeur qui n'est pas forcément d'accord pour déclarer son erreur et surtout son manque de contrôle.

Alors après palabres stériles et discussions non abouties, les personnes concernées se sont mobilisées, avec le résultat visible.

Menée avec le soutien de syndicats, la démarche peut surprendre mais elle est logique puisqu'elle concerne l'existence même de ces personnes.

Combien de temps va t elle durer ?

Un temps long, très long puisqu'il en va de l'avenir de leur 30-40 voire 50 prochaines années.

Un médiateur est probablement la solution pour sortir vite, très vite, du conflit. Le droit de se faire connaître et reconnaître sera-t-il le plus fort ?

La détermination a toutes les chances de payer.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche