Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 07:00

ACTIVER LA CITOYENNETE

 

Dans le dernier numéro du Pisciacais, une Tribune Libre manquait. Le représentant de POUR Poissy avait pourtant envoyé son texte, visiblement en retard faute d'avoir eu une date précise d'échéance.

 

Vous la retrouverez sur le site de 

 

POUR un renouveau à POISSY

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 23:30

COPE ! TRUFFE ?

 

La course à la présidence de l'UMP tourne au désastre. Bel exemple de démocratie. 

 

Les Français découvrent ce soir qu'ils ne sont même pas capables d'organiser sereinement leur propre élection interne. Ce parti sombre dans le ridicule.

 

L'incohérence de fond qui tiraille l'UMP depuis sa création vient de jaillir au grand jour. Le résultat extrêmement serré de ce soir vient du fait qu'il n'y a eu aucun débat d'idées dans cette campagne.

 

Le scrutin interne à l'UMP avait tourné à la foire d'empoigne dimanche, Jean-François Copé et François Fillon revendiquant tous les deux la victoire et chaque camp s'accusant de fraudes. Comme entendu ce soir dans "Mots Croisés" sur France2, c'est bourré de fraudes et de magouilles, d'un côté comme de l'autre.


Faute de se démarquer sur leurs programmes, les militants ont dû départager les candidats sur des postures et des petites phrases. Malgré une hyper-médiatisation, aucun des deux candidats n'en a profité pour faire preuve d'audace et de courage sur le terrain des idées. Ils ont continué avec la même soupe déjà entendue, trop souvent, de soumission à Bruxelles. 

Lorsqu'on a deux frères jumeaux, il est bien difficile de les départager. Résultat : l'élection de gribouille tourne à la farce. 


Comme le dit François Fillon lui-même, nous avons une fracture politique et morale, laissant les français, et non pas seulement les seuls adhérents, sur une impression amère et un temps de cicatrisation qui sera long. 

 

Alors, Copé élu mais truffé ? Manque de nez dans le bocal local ?

 

Car il y a eu un mauvais choix à Poissy, dont certains des représentants locaux en vue ont chanté leur amour du perdant, sans prendre garde à la possibilité de la victoire du concurrent.

 

Une offre alternative aura finalement une belle place à s'y faire....

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 06:30

5 à 0

 

Avec la dernière affaire en date, qui a abouti le 8 novembre, le syndicat Synami mène par 5 à 0 dans le match qui l'oppose à la Direction de la Mission Locale pour l'Emploi. 5, pour le cinquième contentieux remporté par le syndicat. Neuf sont encore à venir...

 

Au total, il y en a plus que de salariés, un quasi-record en France.

 

Depuis peu, cette mission accueille un nouveau Directeur qui hérite d'une gestion calamiteuse, non régulée probablement de par un statu quo politique sclérosant. Pourtant, en dehors des élus, les représentants de l'Etat étaient présents au Conseil d'Administration. N'ont-ils pas mesuré l'ampleur de la situation ? C'est peu plausible. La difficulté résidait certainement de l'éloignement du terrain et de l'effet d'entraînement d'un Président qui in fine a été celui qui a choisi la précédente Directrice et qui par voie de conséquence ne pouvait être désavouée sauf à désavouer le Président lui-même.

 

Mais à quoi sert donc un CA dans ce cas si tout le monde s'y neutralise. Seul Eddie AIT, maire de Carrières-sous-Poissy, et trésorier de la MLE, avait pris les devants en démissionnant de son poste, sans toutefois mettre les pieds dans le plat, peut-être par solidarité politique, mais pas de gestion en tout cas...

 

Ce qu'il faudra retenir de l'affaire, c'est la grande opacité qui règne dans ce type de structure. En étant une émanation d'organisations publiques, les MLE se devraient de publier à la fois leurs comptes (ce qui est généralement fait, mais pas toujours ou avec un temps de retard) et les minutes ou tout au moins les compte-rendus de leur CA.

 

La transparence est et reste une nécessité et une exigence républicaine. Faute de quoi toutes les dérives sont possibles, laissant une mauvaise impression générale qui ne serait pas digne des attendus de nos concitoyens, particulièrement de la population cible des MLE que sont les jeunes en recherche d'emploi.

 

À Poissy, un changement de cap s'impose. La balle est dans le camp du nouveau Directeur, mais pas seulement.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:00

DECHETS ou PSG ?

 

Récemment révélé, le projet de stockage de plus de quatre millions de tonnes de déchets inertes sur un terrain de 25 ha, situé sur les hauteurs de Poissy et à la pointe du village d’Aigremont, génère de l'incompréhension et beaucoup de questions.


Alors que le Paris Saint-Germain se prononcera bientôt sur le nouvel emplacement de son futur centre d’entraînement, il s'agit de réaffirmer notre soutien à la candidature de Poissy comme nouveau pôle d’implantation du Paris Saint-Germain sur les terrains proches de la Ferme du poult. 

 

Pour les mauvaises langues, il y aurait du déchet dans le jeu du PSG mais pas au point de les implanter au beau milieu...

 

Revenons sur le sujet : 4 millions de tonnes, se rend-on bien compte de la masse que cela représente ? C'est une montagne !

 

La meilleure solution ne serait-elle pas de combler les trous du gruyère que sont les anciennes champignonières qui représentent un risque (d'effondrement de terrain) tant dans une partie de Poissy comme dans les hauteurs de Triel-sur-Seine par exemple ?

 

Le bon sens est partagé par le plus grand nombre, mais sera-t-il partagé par les décideurs en particulier ?

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:00

PUBLIC-PRIVE : FIN DE CONVERGENCE 

 

L'Assemblée nationale a voté vendredi 26 octobre la fin de la convergence tarifaire entre hôpitaux publics et cliniques privées au nom des spécificités propres à chaque secteur. 

 

La loi Bachelot qui avait été votée en 2009 ouvrait aux établissements privés la possibilité de choisir à la carte les missions de service publicL’objectif qui était d’accroître la concurrence entre établissements (publics et privés), ne permettait pas un rapport équilibré puisque les mêmes obligations n'étaient pas imposées au privé. En effet, le privé restait libre d’exercer les missions les plus rentables en laissant au public les missions les plus complexes et les moins rentables notamment l’aide médicale d’urgence.

 

Censé inciter à la productivité, ce système de tarification inspiré du privé conduisait à un sous financement chronique des hôpitaux publics qui reçoivent les publics les plus difficiles (et notamment les multipathologies des personnes âgées et des SDF).

 

Pour financer ces missions de service public, la dotation prévue était calculée par défaut en fonction de ce qui restait après financement des autres activités de soins, engendrant la fermeture de lits pour maximiser les taux d’occupation. Prévue pour 2012, son application intégrale avait finalement étalée jusqu'en 2018.

 

Dans le même temps, par son positionnement sur les missions plus rentables, le privé a renforcé sa place dans le système hospitalier. Sa part de 34 % contre 25 % en Allemagne et en Italie, le place en tête en Europe. Dans 70 villes françaises, le secteur privé est en situation de monopole sur certaines spécialités de chirurgie, ce qui oblige les patients à subir des dépassements d’honoraires parfois, voire souvent, non remboursés par les complémentaires santé.

 

Désormais, il s’agit de trouver un nouveau modèle de financement de notre service public de santé pour un accès aux soins pour tous.

 

Depuis début septembre, Edouard Couty, conseiller maître à la Cour des Comptes et ancien directeur des hôpitaux et président de la Fédération hospitalière de France (FHF) Rhône Alpes, a la responsabilité d'une concertation des acteurs du monde de la santé destinée à rétablir un " pacte de confiance pour l'hôpital ", autour des 3 thématiques suivantes :

 

- Le service public hospitalier dans le système de soins (articulation avec la médecine de ville notamment) 

- Le dialogue social à l'hôpital et la gestion des ressources humaines 

- L'organisation et le fonctionnement internes de l'hôpital (notamment la gouvernance)

 

Cette démarche devrait aboutir à une mise en oeuvre de ce "pacte" dès le début 2013.

 

Il y a urgence, notamment au CHIPS de Poissy-Saint Germain qui cumule un déficit chronique de plus de 100 millions d'euros et qui doit retrouver un équilibre.


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poissyscope : La ville de Poissy vue par le bon bout de la lorgnette
  • : Blog d'information et d'expression libre et républicaine sur la vie municipale et politique de Poissy (Yvelines)
  • Contact

Recherche